Bas-Rhin

Santé

Coronavirus : 600 salariés en télétravail suite à un cas confirmé chez Merck dans le Bas-Rhin

Par Lucie Dupin, le 03 mars 2020

Le site du groupe pharmaceutique Merck à Molsheim, dans le Bas-Rhin, a pris des mesures préventives de télétravail qui concernent 600 de ses 1 500 collaborateurs suite à la détection d’un cas de coronavirus dans l'entourage d'une salariée, tombée elle-même malade par la suite. Cette procédure vise à limiter les flux de personnels sur le site et à assurer la continuité de l’activité.

Le site du groupe pharmaceutique Merck à Molsheim, en Alsace.
L'entreprise Merck, qui emploie 1500 salariés à Molsheim en Alsace, a pris des mesures de télétravail suite à la contamination d'une de ses collaboratrices par le coronavirus. — Photo : © Merck Millipore

Suite à la contamination fin février d’une de ses salariées par le coronavirus, le site du groupe pharmaceutique allemand Merck à Molsheim (1 500 collaborateurs ; CA : 1 Md €), dans le Bas-Rhin, s'est vu contraint de prendre des mesures préventives. Revenue de vacances en Italie, cette collaboratrice est la compagne du premier patient déclaré infecté par le Covid-19 en Alsace. Dès que la maladie s’est déclarée auprès de son conjoint, la salariée de Merck a prévenu son employeur. En concertation avec la médecine du travail, l’entreprise a demandé à sa collaboratrice, qui ne présentait pas encore de symptômes, ainsi qu’à quelques personnes de son environnement immédiat de travail, de télétravailler par mesure de précaution.

Assurer la continuité de l’activité

« Nous avons appliqué un accord d’entreprise relatif au télétravail déjà signé avec les partenaires sociaux. Sur les postes qui le permettent, équipés notamment de téléphones et d’ordinateurs portables, l’accord prévoit la possibilité de télétravailler six jours par mois. Dans la pratique, c’est une possibilité utilisée par un bon nombre de nos salariés à raison de deux à trois jours par mois », explique Damien Renaut, directeur des ressources humaines du site Merck de Molsheim, troisième site mondial du fabricant allemand de produits destinés à l’industrie de la santé, des sciences de la vie et des matériaux de haute performance.

Le télétravail, étendu à 600 collaborateurs sur les 1 500 que compte le site, est « une mesure prise pour éloigner le risque de flux sur le site de Molsheim et pour assurer la continuité de l’activité. Nous ne constatons pas d’impact. Par ailleurs, le réseau informatique a été renforcé pour garantir la qualité des échanges », décrit le DRH. La mesure engagée fin février est reconduite jusqu’au 6 mars inclus, « avec un retour progressif sur site dès lundi 9 mars proposé aux salariés si la situation reste telle qu’elle est actuellement », envisage Damien Renaut, qui se dit en contact permanent avec l’Agence Régionale de Santé.

La production préservée

L’activité industrielle n’est quant à elle pas concernée. Cette mesure d’éloignement pour se prémunir du risque d’infection à d’autres zones du site « rassure les collaborateurs », selon la direction des ressources humaines. « Le comité de direction de l’entreprise est soumis à deux exercices de gestion de crise par an, ces simulations ont sans doute permis une forme de réactivité de la part des dirigeants ».

Par ailleurs, le site de Merck n’enregistre pas de conséquence particulière en matière d’approvisionnement ou de sortie des lignes de production.

Le site du groupe pharmaceutique Merck à Molsheim, en Alsace.
L'entreprise Merck, qui emploie 1500 salariés à Molsheim en Alsace, a pris des mesures de télétravail suite à la contamination d'une de ses collaboratrices par le coronavirus. — Photo : © Merck Millipore

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail