Toulouse

Numérique

Neogeo standardise son offre pour toucher les industriels

Par Fleur Olagnier, le 10 septembre 2020

Spécialisé dans le traitement et la mise en forme des données géographiques, le toulousain Neogeo Technologies possède une trentaine de clients aux trois quarts dans le secteur public. L'entreprise qui a doublé ses effectifs en 2019, modernise à présent son offre pour séduire le privé, notamment les acteurs de immobilier, du spatial, de l'énergie et des réseaux. 

Géraldine Fayolle, directrice commerciale de Neogeo Technologies, aux côtés du fondateur et gérant Guillaume Sueur.
Géraldine Fayolle, directrice commerciale de Neogeo Technologies, aux côtés du fondateur et gérant Guillaume Sueur. — Photo : Fleur Olagnier

Créé en 2007 à Toulouse, Neogeo Technologies (12 salariés ; CA 2019 : 1 M€) est spécialisé dans le traitement, la publication et la mise en forme des données géographiques. « Nous avons conçu notre propre moteur de recherche, afin que nos clients puissent rapidement retrouver, exporter et partager les ensembles de données géographiques dont ils ont besoin », explique Guillaume Sueur, fondateur et gérant de l’entreprise.

Longtemps prestataire à façon pour 75 % de clients dans le secteur public, Neogeo souhaite passer un cap. Grâce à la standardisation de son offre, la société compte séduire plus d’acteurs privés, et espère équilibrer ses proportions de clients institutionnels et industriels d’ici 2 025.

Un portail d’échanges de données pour l’Occitanie

Pour mener à bien ce chantier, Neogeo a doublé ses effectifs en 2019, notamment par l’embauche d’ingénieurs géomaticiens - spécialisés dans le traitement informatique de la donnée géographique -, de développeurs business et de techniciens de support. Aujourd’hui, l’entreprise compte une trentaine de clients publics, et est à l’origine de trois plateformes régionales pour l’Occitanie, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Bourgogne-Franche-Comté. Le portail d’information de la région Occitanie est ouvert depuis le mois d’avril et comporte plus de 300 jeux de données (IGN, BRGM, réseaux de transports urbains…).

Le toulousain a également créé une plateforme métropolitaine pour la ville de Lyon, où l’entreprise a d’ailleurs ouvert une agence, et un portail géofoncier pour l’Ordre des géomètres-experts. Toutes les données open source sont traitées et présentées sous forme de tableaux, cartes et graphiques par Neogeo. « Nous nous différencions de la concurrence par la puissance de notre moteur de recherche et la valeur ajoutée aux données par nos méthodes de visualisation », détaille Guillaume Sueur.

Mais Neogeo évolue et travaille sur la standardisation pour proposer une offre de services multisectorielle. La société vise, par exemple, les domaines de l’immobilier et de l’aménagement du territoire. « Depuis l’année dernière, le fichier des valeurs foncières de toutes les ventes immobilières est public ; puisque ces informations ne sont plus intrinsèquement une force pour les entreprises du secteur, nous voulons les aider à valoriser ces données par nos méthodes de visualisation », précise le fondateur de Neogeo.

Un développement au Québec en 2022 ?

Le toulousain s’adresse également aux industries multisite, implantées sur le territoire, comme dans les secteurs de l’énergie ou des réseaux. « Des structures comme Enedis ou la SNCF sont très cloisonnées et ont, de fait, une faible capacité à croiser leurs données métiers. Nous pouvons les y aider, tout en enrichissant ces données grâce à l’open data », analyse Guillaume Sueur.

Neogeo est aussi en discussion avec des acteurs de l’aérospatial comme Airbus, le Cnes ou CLS, qui font souvent appel à de la sous-traitance pour la mise en place de catalogues de données. Enfin côté public, l’entreprise vise le transport, l’environnement et la santé. En 2022, Neogeo planifie une implantation au Québec, où les investissements publics et privés sur le big data et l’intelligence artificielle font légion, d’où un fort potentiel de multiplication des portails d’information géographique. En 2025, la société vise 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires pour une vingtaine de salariés. À noter que Neogeo Technologies sera présent aux Geodata Days à Montpellier mi-septembre, aux côtés de 500 autres acteurs du secteur en France.

Géraldine Fayolle, directrice commerciale de Neogeo Technologies, aux côtés du fondateur et gérant Guillaume Sueur.
Géraldine Fayolle, directrice commerciale de Neogeo Technologies, aux côtés du fondateur et gérant Guillaume Sueur. — Photo : Fleur Olagnier

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail