Alpes-Maritimes

Biens de consommation

S.O.F.I.A Cosmétiques, la croissance à contre-courant

Par Gaëlle Cloarec, le 10 février 2017

Le fabricant carrossois de produits cosmétiques et d'hygiène a investi 4 millions d'euros dans de nouveaux locaux dimensionnés pour accompagner sa croissance.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Elle ne fait pas grand bruit mais, petit à petit, creuse son sillon sur le marché de la fabrication à façon de produits cosmétiques, solaires et d'hygiène. Elle ? S.O.F.I.A Cosmétiques, PMI de Carros fondée par Alexandre Dingas en 1989, qui vient de regrouper l'ensemble de ses activités, auparavant réparties sur cinq sites, dans un seul et même complexe de 6.000 m², dont 2.500 dédiés à la production et au conditionnement. Une enveloppe de 4 millions d'euros a ainsi été investie pour acheter et rénover le site « pensé pour accompagner la croissance de l'entreprise », indique Alexia Dingas, sa directrice commerciale. Spécialiste de la cosmétique blanche, et notamment du solaire, S.O.F.I.A Cosmétiques a réalisé un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros en 2016. En progression de 18% par rapport à l'exercice précédent. Au total, ce sont quelque 5 millions de pièces conditionnées (crèmes, gels, laits, lotions...) et 800 tonnes de produits en vrac qui ont été fabriqués l'an dernier à Carros. Et ce, pour le compte de marques grandes et petites, nationales et internationales, issues de la parapharmacie, de la parfumerie et de la grande distribution. Une capacité de production qui va être doublée avec l'arrivée d'une nouvelle cuve de fabrication d'1,5 tonne.

Présent dans 35 pays

« S.O.F.I.A Cosmétiques a dès le début fait des paris qui se sont avérés payants », raconte Alexia Dingas. Celui, d'abord, de se positionner sur les produits solaires de très haute protection, sujet peu en vogue à la fin des années 80 et qui lui a permis « de prendre des positions de leader ». Celui, aussi, d'attaquer l'export « à contre-courant », en réaction à un marché européen saturé. L'Algérie des années 90, alors endeuillée par le terrorisme, ou encore l'Iran, la Syrie, le Liban, période "Axe du Mal" définie par Bush, il fallait oser. Depuis, le fabricant s'est consolidé au Moyen-Orient et en Asie pour être présent dans 35 pays. Et se tourne désormais vers l'Amérique latine, zone défrichée en 2016 qui fera l'objet d'efforts en 2017. L'export représente 60% de son chiffre d'affaires.

Développer des composants

Enfin, S.O.F.I.A Cosmétiques, avec un pôle R&D de dix personnes, diversifie son offre en lançant une nouvelle ligne de complexes d'actifs objectivés. « Il ne s'agit plus seulement de proposer à nos clients des formulations mais de développer nos propres composants, activité jusqu'alors externalisée », explique Guillaume Morice, responsable marketing. Autrement dit, intégrer l'ensemble de la chaîne de valeur pour gagner en maîtrise des flux, en rapidité et en compétitivité. Et ainsi consolider les marges de l'entreprise, donc sa pérennité, avant de partir à l'assaut, dès 2018, de nouvelles cibles clientèle, des groupements de pharmacies aux réseaux de parfumeries sélectives. Un challenge de plus pour la PMI qui vise les 20 millions d'euros de facturations à l'horizon 2020.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition