Marseille

Sport

Les ambitions européennes des joueurs de jeux vidéo de MCES

Par Didier Gazanhes, le 11 juillet 2019

Quelques mois seulement après la constitution d'une équipe de joueurs professionnels de jeux vidéo et avoir ouvert un centre dédié à la pratique des jeux vidéo à Marseille, la société MCES vient de lever 1,8 million d'euros. La start-up marseillaise ambitionne de se positionner comme l'un des leaders dans le domaine de l'esport.

L'une des équipes professionnelles de MCES
L'une des équipes professionnelles de MCES. — Photo : D.R. Activis

Avant de se lancer dans l’esport, c’est-à-dire dans les jeux vidéo en réseau, Romain Sombret a évolué dans l’univers du « vrai » sport. Passionné de ballon rond, cet ancien de Kedge Business School a contribué à développer une école de foot associative en Côte d’Ivoire, à vocation éducative et labellisée par l’Unesco. Puis, il crée deux centres de foot à cinq, le premier dans le Decathlon de Bouc Bel Air (13) en 2013, le second à Marseille en 2017.

C’est en décembre 2017 qu’il bascule dans le monde virtuel. Un proche lui parle du phénomène de l’esport et de sa popularité chez les jeunes. « Au final, aujourd’hui, au niveau mondial, les jeunes passent plus de temps à consommer de l’esport qu’à regarder le vrai sport. Des jeux comme Fortnite d’Epic Games, sorti en 2017, compte 230 millions de joueurs et l’éditeur du jeu fait d’impressionnants bénéfices ». Des bénéfices réinvestis dans l’esport en créant des championnats, des compétitions, comme la Fortnite World Cup. « D’autres éditeurs suivent, comme Riot Games, créateur en 2009 du jeu de stratégie et d’action League of Legends, qui a lancé un championnat de France auquel ne peuvent participer que des équipes professionnelles avec des joueurs sous contrat. Les matches sont retransmis sur des chaînes web et les audiences ne cessent de croître ».

Viser le Top 20 européen

Fondée en 2018 à Marseille par Romain Sombret, MCES a choisi de se positionner sur ce marché en constituant une équipe professionnelle, la Team MCES, sur le jeu League of Legends. L’entreprise lance aussi le premier MCES Gaming Center à Marseille. Pour financer ces lancements, MCES a réalisé une première levée de fonds de 1,8 million d’euros, auprès d’un business angels basé à Los Angeles (Gilles Mischler), de familles marseillaises (Romano, Pelfort) et d’investisseurs privés, dirigeants d’entreprise (Cédric Dufoix, Xavier Ouvrard, Pascal Fouache…).

Le tour de table a permis de recruter les joueurs de quatre équipes et d’investir dans des infrastructures d’entraînement et un staff. Aujourd’hui en contact avec la Financière Monceau, Romain Sombret envisage de nouvelles levées de fonds. « Nous avons besoin de 8 M€ sur les deux prochaines années et notre ambition est de figurer dans le top 20 des équipes au niveau européen. Pour l’instant, il y a encore un décalage important entre le coût de la structure et notre capacité à générer du cash, mais les droits de diffusion et le sponsoring ne vont cesser de croître ». MCES compte désormais 24 salariés et a réalisé 480 000 euros de chiffre d’affaires en 2018.

« Les clubs d’esport ne sont pas vraiment structurés. Nous voulons appliquer à ce secteur les méthodes validées dans le sport traditionnel et utiliser cette nouvelle discipline comme moteur d’éducation ». Une approche qui se veut en rupture avec les modèles existants dans le milieu et qui a obtenu l’agrément esport donné par la Direction générale des entreprises en février 2019. La Team MCES est présente sur plusieurs jeux comme League of Legends, FIFA, Fortnite et Rainbow 6, avec une équipe récente qui ambitionne d’entrer dans la Ligue française qui va être lancée par Ubisoft.

L'une des équipes professionnelles de MCES
L'une des équipes professionnelles de MCES. — Photo : D.R. Activis

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.