Région Sud

Conjoncture

La Région Sud manque d'ETI : les raisons avancées par le président de l'UPE 13

Par Didier Gazanhes, le 28 mars 2019

Johan Bencivenga, le président de l'UPE 13, rappelle les principales caractéristiques des entreprises de la Région Sud : 70 % n'ont aucun salarié et 25 % en ont entre 1 et 9. Au total, seules 500 ETI sont recensées dans la région. Il expose les raisons de ce phénomène.

Johan Bencivenga, président de l'UPE 13.
Johan Bencivenga, président de l'UPE 13. — Photo : D.Gz.

Les faits sont connus. La Région Sud peine, en taille d’entreprises, à rivaliser avec d’autres régions à la superficie moindre. Le tissu économique y est très fragmenté et principalement constitué de TPE et de PME. 52 % des entreprises ont moins de 50 salariés. Plus clairement, la Région Sud ne compte qu’1,2 ETI pour 1 000 entreprises, selon les chiffres de la Préfecture, contre 2,8 pour 1 000, en moyenne en France.

Moins d'ETI pour des raisons géographiques et historiques

« Sur notre territoire, la taille moyenne des entreprises est plutôt de 50 salariés. Rares sont les ETI issues de la région », confie Johan Bencivenga, président de l’UPE13, pour qui l’explication est à la fois historique et géographique. « En Paca, le territoire est rapidement montagneux, les vallées sont escarpées. Autant d’éléments naturels qui n’ont pas favorisé l’ouverture. Dans d’autres régions, comme en Bretagne, les choses sont différentes. Nous ne sommes pas dans la même culture. »

Autre phénomène à prendre en compte : la présence de deux des cinq plus grandes villes de France dans la même région. « Dans le territoire, il existe de nombreuses métropoles. Marseille et Nice, bien sûr, mais également Aix-en-Provence et Toulon. Chacun peut ainsi rester sur sa zone et prospérer, et rares sont les entreprises qui ont une échelle régionale. À Bordeaux, Nantes, Toulouse, Clermont-Ferrand, les situations sont différentes et les PME ont des rayons d’action bien plus larges », poursuit le président de l’UPE13. « À l’inverse, en Région Sud, il y a de très nombreux atouts, le port de Marseille, l’ouverture au monde. Quand les entreprises franchissent le cap de l’ETI, cela devient des réussites exceptionnelles comme Ricard, Onet, Sodexo ou encore Mediaco », conclut-il.

Johan Bencivenga, président de l'UPE 13.
Johan Bencivenga, président de l'UPE 13. — Photo : D.Gz.