Avignon

Communication et médias

Jocatop vise une place au soleil sur le marché des cahiers de vacances

Par Hélène Lascols, le 15 juin 2021

Depuis le premier confinement, les cahiers de vacances font plus que jamais partie du programme de l’été de nombreux Français. La maison d’édition avignonnaise Jocatop, spécialiste de l’école élémentaire, a décidé de se faire une place sur ce marché en lançant des cahiers de vacances et de révisions numériques.

Bertrand de La Villegeorges, dirigeant de Jocatop : "Tout comme nous travaillons la pédagogie dans les écoles depuis 1996, nous voulons désormais travailler la pédagogie dans la famille, sans déposséder les enseignants de leur rôle."
Bertrand de La Villegeorges, dirigeant de Jocatop : "Tout comme nous travaillons la pédagogie dans les écoles depuis 1996, nous voulons désormais travailler la pédagogie dans la famille, sans déposséder les enseignants de leur rôle." — Photo : Jocatop

Après l’école à la maison, le marché des cahiers de vacances ne s’est jamais aussi bien porté en 2020, alors qu’il ne s’est que très peu renouvelé. Cette année, la maison d’édition Jocatop, localisée près d’Avignon, a décidé de se lancer dans cette aventure en empruntant une voie jusqu’alors "inexplorée", selon son dirigeant Bertrand de La Villegeorges, la voie numérique. Dès l’année dernière, poussée par le premier confinement, l’entreprise spécialiste des supports pédagogiques destinés aux enseignants des classes de maternelle et d’élémentaire, avait lancé ses premiers cahiers de révision, dédiés aux mathématiques. "Avec une application développée en un temps record et disponible dès le mois d’avril, nous avions conquis plus d’un millier de familles", raconte le dirigeant, qui a repris la société d’édition en décembre 2018.

Une nouvelle clientèle B to C

Cet été, mescahiersdevacances.com revient donc dans une version plus complète avec du français, de l’histoire et de la géographie, en plus des mathématiques.

Jocatop et ses 75 salariés adressent ainsi une cible nouvelle, les familles, et espèrent se faire une place sur un marché estimé à plus de 25 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit un peu plus de 4,5 millions de cahiers de vacances vendus chaque année en France entre début juillet et fin août. "Nous avons forcément des ambitions fortes pour cette application, qui a nécessité deux années de développement", ajoute Bertrand de La Villegeorges. Ouverts à la vente depuis le 15 juin et utilisables du 1er juillet au 13 septembre et destinés aux enfants de la fin du CP à l’entrée en 6e, les cahiers numériques fonctionnent avec une application et proposent 30 sessions de travail, volontairement courtes (30 minutes), progressives et conformes aux programmes de l’Éducation nationale.

Une croissance à deux chiffres

La maison d’édition, habituée à une croissance annuelle variant de 12 à 15 %, mise sur une croissance de 25 % cette année pour atteindre les 8,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les cahiers numériques, dont la version annuelle dédiée aux révisions arrivera pour la rentrée, tireront une partie de cette croissance.

L’autre part sera tirée par sa clientèle historique, soit plus de 40 000 "clients écoles" en France, habitués de ses supports pédagogiques réalisés par une centaine d’auteurs enseignants et depuis peu convertis au numérique avec Jocastore. "Après 20 années dans le domaine du logiciel et alors que les fondateurs de Jocatop avaient très tôt pris le virage numérique, j’ai souhaité participer à la transformation numérique, qui occupe aujourd’hui une place prédominante au sein des établissements scolaires", explique le dirigeant. Proposée depuis le début de l’année 2019 par ses 45 délégués commerciaux présents sur le terrain, la plateforme Jocastore est un cahier de textes virtuel, que peut utiliser l’enseignant pour communiquer les devoirs aux élèves et leur transmettre les ressources pédagogiques. Elle s’ajoute aux 25 nouveaux produits numériques lancés ces deux dernières années et qui ont permis de réaliser 35 000 ventes d’applications sur la seule année 2020.

Bertrand de La Villegeorges, dirigeant de Jocatop : "Tout comme nous travaillons la pédagogie dans les écoles depuis 1996, nous voulons désormais travailler la pédagogie dans la famille, sans déposséder les enseignants de leur rôle."
Bertrand de La Villegeorges, dirigeant de Jocatop : "Tout comme nous travaillons la pédagogie dans les écoles depuis 1996, nous voulons désormais travailler la pédagogie dans la famille, sans déposséder les enseignants de leur rôle." — Photo : Jocatop

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail