Marseille

Énergie

Coronavirus : malgré une production d'énergie ralentie, Enoé reste optimiste

Par Didier Gazanhes, le 27 mars 2020

Enoé, concepteur et gestionnaire de centrales électriques liées aux énergies renouvelables, créée depuis un an, a vu son activité sérieusement ralentie par le confinement. Une situation qui permet d’avoir un autre regard sur le télétravail.

Marc Watrin, l'un des quatre fondateurs d'Enoe.
Marc Watrin, l'un des quatre fondateurs d'Enoe. — Photo : D.R.

La société marseillaise Enoé est née en 2019 de la rencontre entre quatre associés : Marc Watrin, Anthony Haddad, Marc Christophle et Guillaume Menoux. Quatre profils complémentaires qui permettent à l’entreprise de proposer une énergie verte, via les énergies renouvelables : photovoltaïques, hydroélectrique et éolienne. Producteur d’énergie renouvelable, Enoe conçoit, construit et gère des centrales, soit au total de 15 MW en solaire et une centrale d’1 MW en hydroélectrique dans le Champsaur. Sur sa première année, l’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros.
Créée depuis un an, Enoé compte aujourd’hui 30 salariés, actuellement tous en télétravail pour faire face à la crise du coronavirus. « Nous nous sommes très vite orientés vers le télétravail. Nous avons même anticipé la chose une semaine avant le confinement officiel afin de protéger nos salariés les plus fragiles », commente Marc Watrin. « En revanche, nous venons de demander la mise en place de chômage partiel pour nos commerciaux de terrain, qui sont maintenant dans l’incapacité de remplir leur mission. Nous travaillons beaucoup avec le monde agricole et les rendez-vous sont en ce moment impossible à obtenir ».

Impossibilité de déposer des permis de construire

De même, la quinzaine de chantiers, que l’entreprise avait en cours (rénovation de toitures, constructions de bâtiments agricoles), est actuellement à l’arrêt. « Il n’est également pas possible en ce moment de déposer de permis de construire. Si notre développement est ainsi fortement ralenti, notre activité n’est pas en danger. Tout dépend bien sûr de la durée du blocage et surtout de la reprise des activités. Nous espérons qu’il y aura une accélération à l’issue du confinement ». Du côté bancaire, les partenaires d’Enoé, ont pris la mesure de la situation. « Malgré la gravité de la crise que nous traversons, il est intéressant de noter la manière dont les salariés voient le télétravail. Nos collaborateurs, finalement, éprouvent le besoin de se retrouver ensemble, réalisent que le travail à distance, seul, n’est pas forcément la meilleure des solutions. D’une certaine façon, la situation que nous vivons recrée du lien. En termes d’esprit d’entreprendre, cela fédère nos équipes », conclut le dirigeant.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail