Marseille

Logistique

Comment l'armateur CMA CGM veut devenir une référence mondiale en matière d'innovation

Par Hélène Lascols, le 08 janvier 2020

Un peu plus d' un an après avoir ouvert les portes de son incubateur et accélérateur de startup, baptisé Zebox, l'armateur CMA CGM confirme son ambition de devenir une référence mondiale en matière d'innovation dans les transports et la logistique. Le groupe cherche aussi à créer une dynamique qui profite aux startuppers accompagnés, comme aux grands groupes partenaires du dispositif et du développement économique de la cité phocéenne. 

Ali Messoudi, fondateur de Transpare (à gauche) et Françoise Derout, cofondatrice d'Air Space Drone ont intégré l'incubateur et accélérateur Zebox, présidé par Matthieu Somekh (à gauche).
Ali Messoudi, fondateur de Transpare (à gauche) et Françoise Derout, cofondatrice d'Air Space Drone ont intégré l'incubateur et accélérateur Zebox, présidé par Matthieu Somekh (à gauche). — Photo : Hélène Lascols - Le Journal des entreprises

Positionné sur le créneau du transport, de la logistique et des mobilités, ainsi que de l’industrie X.0 (transformation numérique appliquée à toute la chaîne de valeur industrielle), Zebox, l’incubateur et accélérateur de start-up imaginé par la CMA CGM, s’est installé dans le paysage économique marseillais. « En un an, nous avons dépassé nos objectifs, avec 24 start-up accompagnées, dont 17 incubées et 7 accélérées. Ensemble, elles ont levé plus de 10 M€ et créé 44 emplois », se félicite Matthieu Somekh, le président de Zebox.

Zebox, tourné vers l'international

L’emploi est notamment une donnée clé du succès de la structure, qui attache beaucoup d’importance à l’attractivité du territoire et a conçu le parcours Zebox comme un outil au service de l’activité économique et sociale de Marseille et ses environs : « Quand on attire des entrepreneurs chez nous, l’idée est de pouvoir leur offrir un parcours prolongé sur notre territoire, de les aider à tisser des liens avec des talents locaux, de leur donner l’envie de s’installer durablement », ajoute Matthieu Somekh.

Zebox accueille ainsi des startuppers issus de 10 pays, dont l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Sénégal, le Cameroun, le Liban ou le Maroc. À l’image d’Ali Messoudi, qui a intégré la première promotion et a créé Transpare, le « Trivago » du transport de marchandises. Il a déjà créé 12 emplois à Marseille depuis le lancement de sa plateforme, en juin 2018.

Zebox franchira une nouvelle étape de son internationalisation au premier trimestre 2020, avec la création d’un hub d’incubation en Guadeloupe, au cœur des Caraïbes, « une zone logistique stratégique, dont le potentiel d’innovation et d’expérimentation est important ».

Un trait d’union entre start-up et grands groupes

L’ambition internationale de Zebox, mais aussi une bonne part de son originalité, s’incarnent aussi dans « un cercle de partenaires corporate, présents dans plus de 150 pays dans le monde », qui se construit au fil du temps. L’armateur marseillais a été rejoint par Accenture, BNP, le transitaire Centrimex, EY, Ceva logistics, la compagnie chinoise CIMC ou l’incubateur du port de Singapour. Des discussions sont bien avancées avec d’importants groupes français et une structure basée à Hambourg. « L’idée est de pouvoir compter 10 partenaires fin 2019. Avec nous, ils repèrent, sélectionnent, accompagnent les start-up, ouvrent leur carnet d’adresses, facilitent l’exploration de nouveaux marchés et surtout expérimentent les solutions proposées », détaille le président de Zebox.

« L'enjeu, c'est que, pour des raisons durables, start-up et grands groupes travaillent ensemble, dans l’intérêt des deux parties. »

Centrimex, client de Transpare, est devenu un partenaire du développement de la start-up et Ali Messoudi n’est pas peu fier de pouvoir compter, au sein de son comité stratégique, des pointures de son secteur qui « croient dans son projet et facilitent son avancement ». Pour Françoise Revout, qui a cofondé Air Space Drone en 2015 et vient de rejoindre Zebox, « cette intégration donne un coup d’accélérateur indispensable. Elle nous crédibilise, car nous ne pouvions aller plus loin dans notre projet sans le soutien de leaders internationaux, comme la CMA CGM. »

La start-up, qui imagine des outils innovants pour une utilisation plus large des espaces aérien et maritime permettant de désengorger les réseaux terrestres, expérimentera prochainement, avec l’armateur marseillais, une solution sur les eaux des ports autonomes. Cette dimension offre un vrai plus pour toutes les parties, car tout l’enjeu de Zebox est de faire en sorte que « pour des raisons durables, ces deux mondes travaillent ensemble, dans l’intérêt des deux parties », souligne Matthieu Somekh.

Ali Messoudi, fondateur de Transpare (à gauche) et Françoise Derout, cofondatrice d'Air Space Drone ont intégré l'incubateur et accélérateur Zebox, présidé par Matthieu Somekh (à gauche).
Ali Messoudi, fondateur de Transpare (à gauche) et Françoise Derout, cofondatrice d'Air Space Drone ont intégré l'incubateur et accélérateur Zebox, présidé par Matthieu Somekh (à gauche). — Photo : Hélène Lascols - Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.