Industrie

Cannes : L'observation de la Terre, l'autre relais de croissance de Thales Alenia Space

Par Gaëlle Cloarec, le 11 novembre 2015

Le leader européen des satellites, Thales Alenia Space, vient de renforcer son outil industriel afin de conforter son activité Observation de la Terre à l'export.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

L'exportation des satellites d'observation optique constitue un axe stratégique de développement pour Thales Alenia Space (TAS). Ce marché, en pleine évolution, est en effet « porté par un nombre croissant de pays souhaitant acquérir en propre ces systèmes capables de leur fournir de manière autonome des images de renseignement très précises. C'est en particulier le cas de la Turquie, des Émirats arabes unis et d'un pays du Maghreb pour lesquels TAS a conçu et développé de tels systèmes », a indiqué son P-dg Jean-Loïc Galle, venu inauguré début octobre le bâtiment Séléné, dernier jalon du programme Odyssée d'extension du site industriel cannois.

Un investissement de 8 M€
Dédié à l'intégration et aux tests d'instruments d'observation optiques, il dispose de deux salles blanches à très haut niveau de propreté, chacune dotée d'un banc optique et d'une enceinte thermique permettant la mesure des performances sans perturbation, et peut accueillir jusqu'à quatre programmes en parallèle. Soit un investissement de 8 M€ qui vient conforter la place de Cannes comme le premier centre européen d'optique spatial. « Il s'agit de nous donner les moyens de rester leader mondial de l'exportation des satellites d'observation optique de très haute résolution, tout en préservant le planning de développement de programmes nationaux », précise Jean-Loïc Galle. Car si TAS réalise les deux-tiers de son chiffre d'affaires (plus de 2 milliards d'euros) sur le marché ultra-concurrentiel des satellites de télécommunications, l'activité observation de la Terre tend à s'accélérer au regard du contexte international actuel. Et ce tant pour des applications militaires qu'environnementales.

L'expertise cannoise
Dans ce domaine, le site de Cannes justifie d'une expertise de 30 ans. C'est en effet là qu'ont été développés les programmes militaires français Helios, Pléiades et aujourd'hui CSO, dont le premier modèle sera mis en orbite d'ici à quelques années. Ainsi que la série des Météosat, Sentinelle et Jason, les deux derniers étant consacrés à l'observation des océans. Une large gamme de satellites, dont le dernier né, Earth Observer Optical, destiné à la clientèle export, intéresserait l'Amérique Latine et l'Asie du Sud-Est. Et le P-dg d'annoncer le recrutement d'une soixantaine de personnes en 2015, et « au moins autant en 2016 ». Reste toutefois deux défis de taille à relever pour l'industrie française du satellite sur ce marché. Celui, d'une part, de la « compétitivité de nos produits face à ceux des industries américaine, coréenne, japonaise, anglaise et israélienne qui bénéficient d'aides directes de leur gouvernement ». De l'autre, « l'indépendance française et européenne en matière de technologies critiques constituant ces satellites », explique Jean-Loïc Galle. À cet égard, le sénateur Alain Gournac, premier vice-président du groupe parlementaire espace, présent à l'inauguration, l'a assuré de son « indéfectible soutien ».
 

Thales Alenia Space


(Cannes) Dirigeant : Jean-Loïc Galle CA : 2 milliards d'euros 2.000 personnes/ 7.500 dans le monde Tél. : 04 92 92 70 94 www.thalesaleniaspace.com

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail