Montpellier

Technologies

Le fabricant de télescopes Vaonis boucle une collecte record sur Kickstarter

Par Anthony Rey, le 03 novembre 2020

Fabricante de télescopes connectés, la start-up montpelliéraine Vaonis a réuni, le 31 octobre, un montant de plus de 2,1 millions d’euros pour son nouveau modèle grand public, battant le record de collecte pour un produit technologique français sur la plateforme de crowdfunding.

Le nouveau télescope connecté développé et fabriqué par la startup montpelliéraine Vaonis
La production de Vespera, le nouveau télescope connecté de Vaonis, démarre en décembre 2020 grâce à la collecte réussie sur Kickstarter — Photo : Vaonis

Vaonis continue de bousculer le monde de l’astronomie. Après le lancement réussi de son premier télescope connecté, Stellina, en 2018, la start-up montpelliéraine de 15 salariés (CA 2019 : 800 000 euros) amorce en fanfare celui d’un nouveau produit baptisé Vespera. Au terme d’un mois de campagne, elle a réalisé une collecte de plus de 2,1 millions d’euros sur Kickstarter afin d’en démarrer la production. En réussissant à convaincre 2 163 contributeurs, Vaonis a fait de ce télescope le produit technologique le plus financé en France, et le 30e au plan mondial, sur la plateforme de crowdfunding.

Là où Stellina ciblait une clientèle haut de gamme, le nouveau modèle, plus léger et compact, se veut aussi plus accessible du grand public. Il embarque la même technologie (avec notamment une application sur smartphone qui remplace l’observation oculaire classique), mais à moindre coût : un prix de départ de 850 € pour Vespera, contre 3 999 € pour Stellina. « Le premier modèle touche un public qui pratique déjà l’astronomie et passe des heures à retoucher des photos. Le nouveau est d’un usage plus familial, et son format est adapté à un bagage cabine ou un sac à dos afin qu’on l’emmène pour les congés ou les loisirs », décrit Cyril Dupuy, PDG de Vaonis.

Une équation technique et financière

Pour réussir son équation tarifaire, Vaonis comptait justement sur le succès de la collecte. « Elle nous donne un vrai effet levier en nous permettant de financer tout de suite la production d’une première série de 2 000 pièces, là où nous avons vendu 800 exemplaires de Stellina à ce jour », détaille Cyril Dupuy. Sur le plan technique, Vaonis a aussi optimisé sa chaîne d’assemblage en intégrant des process semi-automatisés. Elle s’appuie ici sur son sous-traitant, l’entreprise adaptée APF 34, qui jouit d’une forte compétence dans l’assemblage et le câblage des produits électroniques. Les ingénieurs méthode de Vaonis l’accompagnent dans ces tâches, mais au vu du succès prévisible de Vespera et des volumes à venir, la start-up songe déjà à aller plus loin avec son partenaire. « La force du réseau APF est d’avoir de nombreuses compétences, aussi nous réfléchissons à répartir la production dans ses autres établissements, avec la volonté de la maintenir en France », souligne Cyril Dupuy.

Le plus gros marché de Vaonis reste les Etats-Unis, qui concentrent 50 % de l’activité, à travers une filiale dédiée. Pour l’Europe, Vaonis s’appuie sur des revendeurs ou vend directement en Allemagne et en Angleterre, et va s’attaquer à l’Espagne et à l’Italie. En 2021, elle projette de toucher d’autres cibles dans le reste du monde (Moyen-Orient, Asie, Australie, Philippines). Une levée de fonds, prévue au printemps, doit financer ce développement export en termes commercial et marketing. Pour accompagner ces développements, Vaonis a programmé dix embauches sur l’année à venir.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition