Bordeaux

Électronique

Gouach lève 3,3 millions d'euros pour la commercialisation de ses batteries réparables

Par Astrid Gouzik, le 17 février 2022

Fondée en 2018, la start-up bordelaise Gouach a développé une batterie réparable à destination des trottinettes et vélos électriques. Une première levée de fonds de 3,3 millions d’euros va enclencher la commercialisation de son produit.

La start-up bordelaise Gouach a développé une batterie électrique dont les composants défectueux peuvent être remplacés facilement.
La start-up bordelaise Gouach a développé une batterie électrique dont les composants défectueux peuvent être remplacés facilement. — Photo : Gouach

L’idée de Gouach est sortie tout droit d’une déchetterie. En fouillant dans les poubelles, les trois cofondateurs de la start-up - Alexandre Vallette, Maxime Agor et Maël Primet - réalisent que 80 % des composants des batteries jetées sont encore en parfait état de fonctionnement. "À l’heure où toutes les ressources se raréfient, il nous semblait essentiel de pouvoir réutiliser ces composants", raconte son PDG, Alexandre Vallette. Ils décident alors de se lancer sur ce marché.

Une phase d’essais avec Pony

Fondée en 2018 à Bordeaux, la start-up Gouach (200 000 euros de chiffre d’affaires en 2020) conçoit et fabrique une batterie électrique réparable en moins de 10 minutes. Eco-conçue, elle est destinée aux vélos, trottinettes, scooters et petits véhicules électriques.

Discrète jusqu’alors, l’entreprise vient de lever 3,3 millions d’euros auprès du fonds d’investissement spécialisé dans la tech Breega (déjà actionnaire du lillois Exotec et du parisien Curve) avec le soutien de business angels, de la Région Nouvelle-Aquitaine et de Bpifrance.

Après une phase de recherche et développement de 18 mois et l’obtention de certifications, puis une phase d’essais auprès de l’opérateur de vélos et trottinettes électriques Pony, Gouach va maintenant lancer la commercialisation de sa batterie réparable auprès des opérateurs de flottes et des fabricants du secteur de la micro-mobilité. L’équipe de 10 personnes devrait doubler d’ici à mi-2022.

Un marché à fort potentiel

"Pour nous, le soutien de Breega et de nos investisseurs est un signal fort qu’une mutation profonde est en cours", se réjouit Alexandre Vallette. Signe aussi que Gouach s’est positionnée sur un marché juteux : selon un rapport de Precedence Research, le marché global de la micro-mobilité, estimé à 41,2 milliards de dollars en 2020, devrait atteindre 198 milliards de dollars d’ici à 2030.

Selon Gouach, sa batterie émet 2,6 fois moins de CO2 qu’une batterie classique et consomme 2,5 fois moins de litres d’eau, tout en étant aussi performante. La start-up entend réduire de 70 % le bilan carbone des batteries et le volume des déchets électroniques.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition