Gironde

Nomination

Franck Allard, nouveau président du Medef Gironde

Par Yann Buanec, le 23 janvier 2017

Le président du directoire de Filhet-Allard devient président par intérim du Medef Gironde, dans l’attente de l’assemblée générale qui se tiendra le 6 avril.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Jean-François Cledel a remis son mandat de président du Medef Gironde au conseil d’administration, le 23 janvier. Cette décision fait suite à son élection à la présidence de la CCI Nouvelle-Aquitaine. « Avec cette démission, je mets mes actes en concordance avec mes convictions, explique Jean-François Cledel. J’avais indiqué qu’un président de CCI ne pouvait pas cumuler cette fonction avec la présidence d’un Medef territorial : je n’ai pas varié d’opinion ». Jean-François Cledel conserve ses mandats de membre du conseil exécutif du Medef national et de président de la commission simplification du Medef national.

Vice-président depuis 23 ans

Comme il est prévu dans les statuts du Medef Gironde, le vice-président du Medef supplée au président si celui-ci démissionne, jusqu’à la prochaine assemblée générale. C’est donc Franck Allard qui devient président du Medef Gironde, et qui devrait poursuivre sa tache au-delà de l’AG, le 6 avril. Le président du directoire du cabinet de courtage en assurances Filhet-Alhard, (165 M€ d’honoraires, 1.100 salariés dont 700 à Mérignac) connait parfaitement le Medef Gironde, puisqu’il en est le vice-président depuis 23 ans. « C’est la suite logique de mon engagement », déclare-t-il. Il préfère toutefois attendre l’assemblée générale pour dévoiler la feuille de route de son mandat.

Contestation des corps intermédiaires

Le Medef Gironde réunit 1.100 adhérents et 30 branches professionnelles, ce qui en fait le premier Medef territorial de France. Une fierté pour Jean-François Cledel, qui six ans après son élection, dresse un bilan de son action : « Notre Medef propose 250 occasions de rencontre chaque année, grâce à une équipe performante. Notre joyau demeure l’Université des entreprises, qui réunit 1200 personnes tous les ans à l’automne. J’avais souhaité profiter de mon mandat pour rapprocher les mondes de l’entreprise et de l’enseignement : je pense y être parvenu, en signant des conventions avec le rectorat, en intégrant le conseil d’administration de la Fondation Bordeaux Université ou en accueillant l’Université à l’Université des entreprises ». Jean-François Cledel demeure cependant plus soucieux quand il évoque l’avenir du Medef : « La contestation des corps intermédiaires et l’uberisation de l’économie peuvent remettre en cause l’existence du Medef. Il faut rester vigilant sur ce point ».

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition