Normandie

Technologies

Interview Normandie Aérospace : "Il y a un enjeu de compétitivité avec la fabrication additive"

Entretien avec Philippe Eudeline, président du cluster Normandie Aérospace

Propos recueillis par Sébastien Colle - 06 juillet 2021

Président de Normandie AeroEspace, Philippe Eudeline estime que la fabrication additive doit permettre aux entreprises de gagner en compétitivité. Le réseau aéronautique, spatial, défense et sécurité normand, organise la structuration des acteurs de cette nouvelle filière.

"A terme, nous souhaitons que tous nos membres puissent utiliser la fabrication additive, lorsqu'elle est appropriée", assure Philippe Eudeline, président de NAE. 
"A terme, nous souhaitons que tous nos membres puissent utiliser la fabrication additive, lorsqu'elle est appropriée", assure Philippe Eudeline, président de NAE.  — Photo : JULIENTRAGIN

En quoi la fabrication additive est-elle un élément stratégique pour les entreprises ?

Philippe Eudeline : En plus de ses quatre axes de développement (commercial, international, emploi et innovation, NDLR), Normandie AeroEsopace (NAE) a ajouté un cinquième axe sur le thème de la compétitivité. De nouveaux acteurs entrent en permanence sur les marchés, et pour conserver, voire augmenter nos parts de marché il faut améliorer notre compétitivité. Cela passe par de nouvelles technologies, dont l’arrivée du numérique dans toutes les strates de l’entreprise, comme la logistique, le commercial, la production avec les ERP et les machines connectées, mais aussi les robots, la simulation, ou encore l’objectif zéro papier. À côté des outils numériques, il y a une autre technologie qui peut permettre aux entreprises de gagner en compétitivité, c’est la fabrication additive. Celle-ci peut d’abord venir en soutien de production pour la fabrication de pièces complexes à réaliser à l’unité, en permettant un gain de temps. Et le résultat en matière de gain de compétitivité est réel. Ainsi, Sylvie Vandendriessche, dirigeante de la société Bernay Automation, spécialisée dans la dévracage (distribution automatisée, NDLR), estime un gain de 30 % entre la fabrication d’une pièce de manière classique et sa réalisation par fabrication additive. Bien sûr, les gains en compétitivité seront différents selon les entreprises, et on peut les estimer entre 10 et 30 % en fonction de l’activité. Pour nous, l’enjeu est là, amener de la compétitivité pour que nos entreprises prennent plus de parts de marché à l’international.

Est-ce une technologie accessible à toutes les entreprises ?

Philippe Eudeline : C’est la raison pour laquelle nous avons monté la plateforme Arkema, centre mondial d’excellence pour la recherche 3D inauguré en 2019 (2 sites de production à Honfleur et Serquigny, NDLR), et en mars 2021 la plateforme Francofil, spécialisée dans la production de filaments techniques destinés à l’impression 3D, afin de faire découvrir cette technologie aux PME. Elles peuvent ensuite investir dans des machines ou nouer des partenariats avec des industriels. À terme, nous souhaitons que tous nos membres puissent utiliser cette technologie, lorsqu’elle est appropriée. De plus, c’est une technologie qui utilise des matériaux vertueux. Arkema a ainsi mis au point le Rilsan, une poudre plastique obtenue à partir d’une plante, destinée à la fabrication d’objets en fabrication additive. C’est une matière très légère et qui est biodégradable. Ce matériau a ainsi été utilisé pour confectionner les chaussures du footballeur Kylian Mbappé ! L’idée est donc aussi de remplacer les matériaux classiques par des matériaux plus durables.

Quel est votre objectif avec le lancement de la marque FAN "Fabrication Additive en Normandie" ?

Philippe Eudeline : Avec FAN, l’objectif de Normandie AeroEspace (160 membres, NDLR), qui est chargé de structurer la filière Fabrication additive en Normandie, en partenariat avec la CCI Normandie, Cosmetic Valley, NextMove, Normandie Énergies, Normandie Maritime, Pôle ATEN – CMA Normandie et Pôle Pharma, est de recenser et regrouper l’ensemble des acteurs normands présents sur la chaîne de valeur. FAN doit permettre de faciliter l’appropriation de la technologie par les entreprises, de lever les verrous technologiques, et de faire de la Normandie un territoire d’excellence dans ce domaine. Cela passe notamment par la formation et la diffusion de cette technologie dans les écoles.

"A terme, nous souhaitons que tous nos membres puissent utiliser la fabrication additive, lorsqu'elle est appropriée", assure Philippe Eudeline, président de NAE. 
"A terme, nous souhaitons que tous nos membres puissent utiliser la fabrication additive, lorsqu'elle est appropriée", assure Philippe Eudeline, président de NAE.  — Photo : JULIENTRAGIN

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail