Orne

Textile

Les vêtements Kiplay se taillent un avenir sur mesure

Par Isabelle Evrard, le 17 janvier 2022

Créée il y a tout juste cent ans, l’entreprise Kiplay basée à Saint-Pierre d'Entremont dans l’Orne s’offre une nouvelle jeunesse. L’entreprise familiale, spécialiste de l’habillement professionnel, passera d’ici quatre ans dans les mains de la nouvelle génération Pradal. L'occasion pour l'entreprise de se lancer dans de nouveaux axes de développement.

atelier de confection, Kiplay, Saint Pierre d'Entremont
atelier de confection, Kiplay, Saint Pierre d'Entremont — Photo : Isabelle Evrard

Quand l’heure de la retraite viendra pour Marc Pradal, PDG du groupe Kiplay, à Saint-Pierre d'Entremont dans l’Orne, l’entreprise restera dans la famille. "L’entreprise fête ses cent ans cette année, et elle est toujours restée dans la famille depuis le jour où ma grand-mère, le 29 octobre 1921, a épousé mon grand-père. L’une héritant d’un commerce de tissus et l’autre, d’une fabrique de sabots… Un mariage qui a donné l’entreprise Kiplay et ses premières fabrications de pantalons…"

Marc Pradal et Clément Pradal, Kiplay, Saint Pierre d'Entremont
Marc Pradal et Clément Pradal, Kiplay, Saint Pierre d'Entremont - Photo : Ph. Delval

Âgé de soixante ans, Marc Pradal compte passer les rênes de l’entreprise dans quatre ans, à son fils Clément. "Nous prenons notre temps pour que la passation se passe bien", explique Clément Pradal, entré dans l’entreprise à l’âge de 23 ans comme responsable logistique et aujourd’hui directeur adjoint. "Depuis l’âge de 10 ans, je savais que je voulais travailler dans le métier du vêtement et de la confection, et, après des études générales, je me suis spécialisé dans ce domaine."

Ce passage de relais programmé est émaillé de réunions familiales régulières pour que la transmission se fasse en douceur. "Mon épouse Corinne qui occupe le poste de directrice générale continuera un peu plus longtemps", confie Marc Pradal, PDG à la tête de l’entreprise depuis trente ans. "Ma fille Romane, responsable du bureau d’études du Made In France, sera également là en soutien." Pour le dirigeant, c’est à la fois "une grande satisfaction de voir que l’entreprise ne part pas dans des mains étrangères ", mais aussi une crainte. " Chef d’entreprise est un métier difficile. Il ne suffit pas d’être un bon gestionnaire, la bonne santé de l’entreprise dépend d’un marché très concurrentiel. Très peu d’entreprises centenaires ont survécu dans le domaine de l’habillement", souligne le dirigeant qui met en avant une maxime familiale, en forme de conseil pour durer : "Être à l’écoute des collaborateurs. L’important est économique, l’essentiel est humain, disait mon père !"

Être à l’écoute du marché

L’entreprise consacre 90 % de son activité à la confection d’EPI, notamment des vêtements haute visibilité et multirisques.
L’entreprise consacre 90 % de son activité à la confection d’EPI, notamment des vêtements haute visibilité et multirisques. - Photo : Isabelle Evrard

Si à l’origine, dans les années 30, l’entreprise fabriquait plus particulièrement des vêtements de chasse, elle a suivi les évolutions de la mode. "Dans les années 40 et 50, l’entreprise s’est orientée vers les vêtements militaires, puis dans les années 70 le prêt-à-porter, et de 1990 à 2021, nous avons axé notre développement sur la fabrication des vêtements de travail et équipements de protection individuelle (EPI). L’évolution est constante, il faut être sans cesse à l’écoute du marché, et sentir les tendances actuelles et futures", reconnaît Marc Pradal.

Aujourd’hui, l’entreprise et son équipe de 55 salariés consacrent 90 % de l'activité à la confection d’EPI, notamment des vêtements haute visibilité et multirisques, fabriqués dans l'usine tunisienne de Kiplay. La clientèle est composée de grands comptes (Orange, Ponticelli, Colas, Airbus, Toyota…), mais aussi de collectivités publiques, et se répartit en parts égales entre les distributeurs d’EPI et la distribution en B to C (comme la marque Lee Cooper Workwear). L’entreprise a réalisé 10 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, dont 20 % résultant de la fabrication de masques en tissu. Kiplay, a en effet, été une des premières entreprises à se mobiliser pour faire face à la pénurie de masques au démarrage de la crise sanitaire. "Cette année, notre chiffre d’affaires sera un peu amoindri puisque la fabrication de masques s’est considérablement ralentie : de 8 000 masques produits par jour en 2020, nous sommes passés à 500 la semaine."

Un prêt à porter Made in France

Atelier de confection, Kiplay
Atelier de confection, Kiplay - Photo : Isabelle Evrard

Souhaitant élargir son activité et avoir de nouvelles sources de revenus, Kiplay a racheté en 2019, la société ornaise Lingerie Industrielle de Normandie, spécialisée dans la location de linge. Autre axe de développement pour l’entreprise, le prêt-à-porter : elle lance en 2017 sa première collection made in France sous la marque Kiplay Vintage inspirée des patronages des années 50 revisités avec l’univers du vêtement de travail. "Nous sommes partis de zéro avec la volonté de produire tout notre prêt-à-porter en fabrication française, dans notre atelier de Saint-Pierre d'Entremont. C’est un véritable retour aux sources", se félicite Marc Pradal.

Depuis, une collection voit le jour chaque année, en collaboration avec le styliste designer Français Christian Legier. "Nous travaillons également pour de nombreuses marques qui partagent nos valeurs et qui font fabriquer chez nous, comme Le Slip Français ou Saint James", ajoute le PDG. Un prêt-à-porter made In France que Kiplay souhaite développer dans les années à venir. C’est d’ailleurs cette ambition qui lui a permis d’être retenu dans le plan France Relance pour son projet baptisé "Retour aux sources". "Nous allons investir un million d’euros dans de nouvelles machines de coupes automatiques, et investir dans une nouvelle ligne de production automatisée dédiée aux jeans, mais aussi dans le numérique pour réaliser des inventaires plus rapidement. Nous travaillons également sur la technologie RFID (radio frequency identification) pour l’inclure dans tous nos vêtements et tracer plus efficacement les produits", explique Clément Pradal.

Des vêtements multirisques

Marc Pradal, PDG Kiplay, Saint-Pierre d'Entremont
Marc Pradal, PDG Kiplay, Saint-Pierre d'Entremont - Photo : Isabelle Evrard

L’innovation constitue une part importante de la stratégie de développement de l’entreprise. "Notre bureau d’études est composé d’une dizaine de salariés et travaille en collaboration avec une styliste, pour produire de nouveaux vêtements professionnels en fonction de l’évolution des besoins de nos clients", explique le PDG. De la protection contre la pluie à la protection contre les risques mortels (chaleur, feu, froid…), Kiplay développe des équipements de protection individuelle innovants. Ainsi, l’entreprise a lancé, il y a quatre ans, des vêtements munis de leds. "Aujourd’hui, nous sommes en recherche de matériaux à la fois très souples et agréables à porter tout en étant très résistants. Nous avions essayé le vêtement connecté via un smartphone avec une fonction chauffage et une fonction de géolocalisation "homme mort" en cas de malaise, mais cela n’a pas remporté le succès escompté. En revanche, l’aspect sécuritaire des leds qui permettent de voir la nuit à plus de 300 mètres a remporté davantage de suffrages", se réjouit le dirigeant.

Partenariats avec des marques normandes

Si l’entreprise a embauché une quinzaine de personnes depuis trois ans, elle peine, à l’instar d’autres entreprises du secteur du textile, à recruter de nouveaux profils. Pour renverser cette tendance, Kiplay s’est mobilisée pour la création d’un nouveau BTS Habillement en alternance au lycée "Jean Mermoz" de Vire. "Nous nous sommes engagés à prendre chaque année des jeunes en alternance. Nous sommes également à la recherche de personnes de 30 à 45 ans, qui ont fait une école de couture par le passé, et que l’on forme pendant dix-huit mois. On s’appuie surtout sur le savoir être et la motivation de la personne, davantage que sur le CV", confirme Marc Pradal.

Certifiée ISO 9001 et ISO 14001, Kiplay a également été labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) en 2020. Très attachée à la région normande et au savoir-faire ancestral, Kiplay met en avant le "cobranding" (partenariat de marques). "Il s’agit d’une collaboration avec d’autres entreprises anciennes françaises pour développer des produits en commun : par exemple avec Saint James, Le Slip Français, Les Parapluies de Cherbourg, Filt à Caen ou Bohin dans l’Orne". Une façon d’ancrer l’entreprise centenaire encore davantage dans la Normandie et dans son époque.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition