Nice

Santé

AMedSU vise le marché du reporting médical

Par Charlotte Henry, le 09 février 2018

AMedSU commercialise depuis 2014 iRejuvenation, une application permettant aux professionnels de santé de l’esthétique de réaliser très facilement le reporting des opérations de rajeunissement qu’ils effectuent. L’objectif est d’ouvrir l’outil pour en faire une référence dans le reporting médical.

Florin Romancic (responsable marketing) et Othman Ihrai, deux des quatre co-fondateurs d'AMedSU au salon Ageing Fit, le salon de la silver economy et de la santé qui s'est tenu à Nice les 6 et 7 février 2018. — Photo : C. Henry

iRejuvenation a été imaginée par un chirurgien esthétique, Tarik Ihrai, pour les professionnels de santé de l’esthétique. D’où un produit très fonctionnel, facile d’utilisation permettant « d’optimiser le temps du praticien, qui peut se concentrer sur son rapport au patient au lieu de préparer son rapport d’intervention », explique Othman Ihrai, directeur général d’AMedSU (Applications for Medical and Surgical Use) et frère de Tarik Ihrai. Concrètement, l’application permet de définir les process utilisés, de remplir les questionnaires préliminaires, de fixer les zones de traitement directement sur une photo, de préciser les produits utilisés, etc… puis d’imprimer le rapport dès la fin de l’intervention. Les fondateurs ont aussi tiré la leçon du scandale des prothèses PIP en intégrant un outil de traçabilité, qui permet de savoir très facilement qui est concerné en cas de rappel d’un produit, par exemple.

Priorité à l’export

Commercialisée depuis 2014, iRejuvenation a été utilisée pour plus de 46 000 patients, essentiellement dans les pays anglo-saxons. « L’essentiel de notre chiffre d’affaires est réalisé aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, explique Othman Ihrai. Là-bas, les gens sont très pragmatiques et l’optimisation du temps de travail représente un gain financier immédiat. En France, c’est plus difficile de changer les habitudes de travail. » Créée en 2014 à Nice, AMedSU compte 4 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 120 000 euros en 2017. La start-up vient de lancer son application en Suède et en Norvège via des distributeurs et s’attaque au marché brésilien. Pour coller au mieux aux attentes du marché, elle décline son application sur des versions propres aux pays où elle s’implante, notamment grâce à un système efficace de traitement des retours clients. « Aujourd’hui, notre produit a 4 ans d’avance sur nos concurrents et il est déclinable pour d’autres applications presque en l’état », estime le directeur général. AMedSU travaille ainsi à l’ouverture de son application, notamment sur la cosmétique avec le traitement des essais cliniques, et ambitionne d’en faire l’outil de référence dans le reporting médical. Une avancée qui a pris tout son sens lors du Consumer Electronic Show de Las Vegas, auquel la start-up a participé en décembre dernier et où son produit a trouvé un écho très positif auprès de grands comptes de l’esthétique et de la cosmétique notamment.

Florin Romancic (responsable marketing) et Othman Ihrai, deux des quatre co-fondateurs d'AMedSU au salon Ageing Fit, le salon de la silver economy et de la santé qui s'est tenu à Nice les 6 et 7 février 2018. — Photo : C. Henry