Maine-et-Loire

Services

Générale des Services veut ouvrir 15 à 20 nouvelles agences par an

Par Florent Godard, le 19 avril 2021

Le spécialiste des services à la personne accélère la cadence. Générale des Services a ouvert plus de 15 agences en 2020, soit deux fois plus que sa moyenne habituelle. Et l'enseigne angevine (72 antennes en France) compte tenir ce rythme dans les prochaines années.

Tanguy Marchand, directeur du développement de Générale des Services, dont le siège se trouve à Angers.
Tanguy Marchand, directeur du développement de Générale des Services, dont le siège se trouve à Angers. — Photo : Florent Godard

En 2020, le réseau de Générale des Services aura connu sa plus grande expansion, avec 16 nouvelles signatures. Pour rappel, l’enseigne angevine (72 agences, 30 M€ de CA 2020) fournit une foule de prestations allant du ménage-repassage au jardinage et à la garde d’enfants, jusqu’à l’aide au maintien à domicile pour les personnes âgées (aide au lever, à la toilette, préparation des repas…).

Le pic de 2020 n’a rien d’une parenthèse. " Générale des Services table sur 15 à 20 nouvelles ouvertures par an, en 2021 et les années suivantes. Contre 5 à 10 en moyenne jusqu’à présent ", indique Tanguy Marchand, directeur du développement de l’enseigne, dont le siège se trouve à Angers.

Franchise étendue à Lille, Bourges, Colmar…

Sur le premier semestre 2021, la création de huit nouvelles agences a déjà été signée, dont certaines déjà inaugurées et le reste devant l’être d’ici l’été : Lille (Nord), Carentan (Manche), Longjumeau (Essonne), Bourges (Cher), La Baule (Loire-Atlantique), Beaupréau (Maine-et-Loire), Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), Haguenau et Colmar (Alsace).


Cette salve d’ouvertures porte donc aujourd’hui son réseau à 72 agences (dont l’essentiel en franchise et 8 en propre). Générale des Services chapeaute désormais une équipe d’environ 2 000 personnes (dont 1 600 dans ses franchises).

Pour se donner les moyens de ses ambitions, l’entreprise a pu s’appuyer sur une levée de fonds de 2 millions d’euros réalisée en 2019, qui lui a notamment permis de renforcer l’accompagnement de sa tête de réseau.

Vieillissement de la population

Ce coup d’accélérateur vise à répondre à une demande croissante, notamment dans le domaine du maintien à domicile, en raison du vieillissement de la population. " En 2035, un tiers des Français aura plus de 60 ans. Et on assiste à une explosion de la classe d’âge des plus de 70 ans", note Tanguy Marchand. Mais la demande existe aussi sur les autres prestations. "De nombreux actifs recherchent aussi des services par confort, pour avoir plus de temps pour eux ", ajoute-t-il.

Le crédit d’impôt immédiat va doper la demande

Enfin, le marché devrait recevoir un véritable coup de fouet avec le futur "crédit d’impôt instantané" annoncé par l'Etat. Via ce système, le client paie 50 % de la prestation de service au particulier. Tandis qu’aujourd’hui, il règle 100 % de la facture, puis doit attendre une année pour récupérer 50 % de la somme en réduction d’impôt. Ce qui suppose, dans le second cas, d’avancer la trésorerie. "Avec le nouveau dispositif, on libère immédiatement du pouvoir d’achat. Et la mesure portera un coup très fort au travail au noir", commente Tanguy Marchand.

Actuellement en test dans certains départements, le crédit d’impôt immédiat devrait être généralisé à partir de 2022. Pour la Fédération du Service aux Particuliers, il devrait entraîner une hausse de la demande de 20 % à 30 %…

Tanguy Marchand, directeur du développement de Générale des Services, dont le siège se trouve à Angers.
Tanguy Marchand, directeur du développement de Générale des Services, dont le siège se trouve à Angers. — Photo : Florent Godard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail