Auvergne-Rhône-Alpes

Innovation

Qui sont les 8 pôles de compétitivité labellisés en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Par la rédaction, le 06 février 2019

Matignon a levé le voile, le 5 février, sur les 48 pôles de compétitivité français labellisés pour la période 2019-2022. Huit d'entre eux sont basés en Auvergne-Rhône-Alpes : quatre dans le Rhône (Axelera, Techtera, CARA, Lyonbiopôle), un en Haute-Savoie (CIMES), un dans l’Ain (Plastipolis) et deux en Isère (Minalogic, Tenerrdis).

 

La région Auvergne-Rhône-Alpes abrite 8 des 48 pôles nouvellement labellisés pour 4 ans.
La région Auvergne-Rhône-Alpes abrite 8 des 48 pôles de compétitivités nouvellement labellisés pour 4 ans. — Photo : Michel Pérès - Région AURA

Axelera (chimie/environnement)

Président : Thierry Raevel (Engie)
Directeur général : Frédéric Laroche
Budget de fonctionnement : 1,6 million d’euros
Siège : Lyon

Le pôle lyonnais Axelera compte 365 membres, associant des entreprises (116 PME), des laboratoires de recherche et des organismes de formation de la filière chimie-environnement.

Il revendique 345 projets de R&D labellisés depuis sa création, représentant 925 millions d’euros de financements obtenus. Axelera aura ainsi accompagné les projets Ecosilac (éco-conception de silicones acrylates pour apport de nouvelles propriétés physiques sur supports) et Parc (développement d’une technologie de compaction pour la revalorisation de déchets particulaires).

La labellisation pour la Phase IV 2019-2022 va permettre à Axelera d’embaucher 3 personnes (en plus des 12 permanents actuels) : un expert des programme européens, un chargé de mission en Auvergne et un chargé d’innovation (recyclage, économie circulaire).

Techtera (textile)

Président : Louis Vovelle (Elkem)
Déléguée Générale : Corinne Farace
Budget de fonctionnement : 2,2 millions d’euros
Siège : Lyon

Unique pôle de compétitivité français de la filière textile, Techtera compte plus de 195 membres (dont 96 PME et 29 universités/écoles), 85 entreprises accompagnées à l’international en 2018 et plus de 200 projets de R&D collaboratifs labellisés et financés depuis 2005 à hauteur de 545 millions d’euros.

Parmi ceux-là, Smart Bandage (détection rapide d’infection des plaies en embarquant dans le pansement une solution diagnostic), Liteva (nouveaux textiles multifonctionnels permettant d’émettre des alertes adaptées pour assurer la sécurité des occupants des véhicules autonomes) ou encore Deperflex2 (tissu déperlant, durable et agréable au porté à destination du marché sportswear. Réduction de l’impact environnemental par la suppression du fluor dans le processus de fabrication.).

Sur cette nouvelle période, le pôle veut accroitre sa dimension internationale par la mise en place de projets transverses entre pôles européens. Le pôle va également proposer son « Techtera Fab », actuellement en construction. Un espace dédié à l’accueil d’outils de pilotage industriels afin de valider à grande échelle les concepts de ses adhérents.           

CARA (innovation dans la filière automobile)

Président : Bernard Modat (Renault Trucks)  
Directeur général : Marc Gohlke.
Budget de fonctionnement : 1,9 million d’euros
Siège : Lyon

Le pôle a été créé en 2005 sous le nom de LUTB. Depuis lors, le montant global de projets financés a atteint 586 millions d’euros dont 214 M€ de participation publique. 270 projets ont été accompagnés et labellisés, dont 159 ont été financés. Aujourd’hui CARA réunit 210 industriels, opérateurs de transports, centres de recherche et de formation.

Parmi eux, « I2TC », projet de recherche industrielle à l’origine d’une filière du transport urbain par câbles, « STAR », bus autonome, opérant dans des conditions réelles ou encore la plateforme d’innovation en condition réelle Transpolis, un site de 80 hectares dans l’Ain. CARA ambitionne désormais d’être cluster européen de solutions de mobilité.

Lyonbiopôle (santé)

Président : Christophe Cizeron (GL events)
Déléguée générale : Florence Agostino-Etchetto
Budget de fonctionnement : 3,2 millions d’euros (incluant une activité de laboratoires microbiologiques de niveau 2 et 3)
Siège : Lyon

Lyonbiopôle compte 226 adhérents avec 191 PME, 11 ETI et filiales de grands groupes ainsi que 4 grands groupes industriels (Sanofi Pasteur, bioMérieux, Becton Dickinson et Boehringer Ingelheim Santé Animale) et 20 centres de compétences (CHU, universités, fondations…)

Au total, 246 projets R&D ont été labellisés par le pôle et financés à hauteur de 1,07 milliard d’euros (dont 437 millions d’euros d’aides publiques). A l’instar du projet Marvelous (développement d’une nouvelle méthode imagerie IRM pour le traitement des infarctus cardiaques et cérébraux) ou encore les programmes cirB-RNA (mise au point d’un test de diagnostic pour accompagner le développement des traitements curatifs de l’hépatite B) et 3D oncochip (développement des microtumeurs de cellules humaines imprimées en 3D afin de faire des criblages haut-débits de chimiothèques).

Cette labellisation va contribuer, selon Lyonbiopôle, à accroitre l’excellence de la filière afin d’assoir la visibilité des acteurs public-privé sur le territoire et à l’international.

CIMES (mécanique et ingénierie des systèmes)

Né de la fusion de Mont-Blanc Industries et ViaMéca

Président : Philippe Maurin-Perrier (HEF)
Co-directeurs : Jean-Marc André (Mont Blanc Industries) et Marie Odile Homette (Via Méca)
Siège : Cluses (Haute-Savoie)

Les deux pôles Mont-Blanc Industries et ViaMéca représentent, depuis leur fusion cet automne, quelques 400 entreprises adhérentes. Au total et depuis 2005, elles auront accompagné 300 projets représentant un budget de 900 M€.

Au premier rang desquels le projet Hermès, une plateforme d’exosquelette personnalisable aux besoins des segments visés (marché militaire, civil et médical) pour des applications dédiées au monde industriel.

Dédié à l’ingénierie et au manufacturing pour les systèmes mécaniques intelligents, ce nouveau pôle travaillera aux côtés des industries dans la conception, le développement et l’industrialisation des technologies touchant à l’ingénierie des procédés et des surfaces, la robotique et les performances de production.

Plastipolis (plasturgie)

Présidente : Emmanuelle Bouvier (Plastibell)
Directeur général : Patrick Vuillermoz
Siège : Bellignat (Ain)

Plastipolis regroupe 250 entreprises adhérentes (90% PME, 7,5% ETI, 2,5% Groupes), 95 centres de R&D et formation, 7 000 contacts industriels dans les domaines des matériaux, process de production, matériaux composites, plastique intelligent…Au total et depuis 2005 le pôle a accompagné 180 projets financés et 30 projets européens.

Parmi les projets figurent « Greenelion » qui vise à développer un nouveau procédé de fabrication de batteries lithium-ion, indispensables pour accompagner le développement des véhicules électriques.
Cette labellisation devrait déboucher sur le déploiement national du pôle au-delà des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche Comté. Parmi les domaines stratégiques forts : les matériaux polymères fonctionnels et composites, les procédés avancés de production ainsi que les produits intelligents.

Minalogic (technologies du numérique)

Président : Philippe Magarshack (STMicroelectronics)
Délégué générale : Isabelle Guillaume
Siège : Grenoble

Minalogic rassemble 350 entreprises adhérentes (300 PME et start-up, 50 ETI et grands groupes). Le pôle a labellisé 586 projets (881 millions d'euros de subventions publiques, et un investissement de R&D de 2,2 milliards d'euros). Les 72 projets finalisés ont généré 86 produits (commercialisés ou en voie de commercialisation). Par eux, le mannequin Euveka ou encore le boîtier « sentinelle » Meersens, qui a bénéficié grâce à la labellisation « EasyTech », d’un travail de refonte de la carte électronique et du firmware en collaboration avec l'INP - ESISAR.  

Cette labellisation induit l’intégration de la partie R&D de l’ex pôle Imaginove dans une nouvelle branche « Contenus et Usages » avec un effectif qui s’enrichit de trois personnes.

Tenerrdis (transition énergétique)

Président : Julien Français (CNR)
Déléguée générale : Elisabeth Logeais
Budget de fonctionnement : 1,4 million d’euros
Siège : Grenoble

Ce pôle cherche à favoriser la croissance des filières énergétiques (solaire, éolien, hydroélectricité, hydrogène…). Il revendique depuis 2005, année de sa création, 320 projets et démonstrateurs labellisés et financés à hauteur de 594 millions d’euros pour une enveloppe budgétaire globale de 1,8 milliard d’euros.

Parmi ces projets, figurent notamment les programmes Sun’Agri (agrovoltaïsme), E-Mergy (batteries issues de matériaux recyclés, Greenlys (démonstrateur de réseau électrique intelligent) ou encore Myriade (système modulaire destiné à la production collective d’eau chaude sanitaire et/ou de chauffage). Tenerrdis compte 229 adhérents dont 70 % de PME/TPE/start-up et 5 % de grands groupes.

Cette labellisation phase IV va permettre à ce pôle en priorité d’élargir son réseau et sa couverture territoriale et de développer son offre de services.

La région Auvergne-Rhône-Alpes abrite 8 des 48 pôles nouvellement labellisés pour 4 ans.
La région Auvergne-Rhône-Alpes abrite 8 des 48 pôles de compétitivités nouvellement labellisés pour 4 ans. — Photo : Michel Pérès - Région AURA