Industrie

Levée de fonds

La start-up 45-8 Energy veut devenir le premier producteur d’hélium "made in France"

Par Jules Petras, le 15 février 2023

Actuellement, 100 % de l’hélium consommé en Europe de l’Ouest est importé. Avec ses premières licences d’exploration, la start-up messine 45-8 Energy (26 salariés) entend changer la donne et produire de l’hélium en France à partir de la fin 2023.

Première installation d’extraction d’hélium dans la Nièvre par 45-8 Energy.
Première installation d’extraction d’hélium dans la Nièvre par 45-8 Energy. — Photo : 45-8 Energy

Il est un gaz qui fait peu parler de lui mais qui est pourtant hautement stratégique : l’hélium. Le marché mondial de l’hélium, autour de 220 millions de mètres cubes consommés en 2021, sert principalement aux systèmes de refroidissement dans le domaine médical (les IRM), à la production de matériel high-tech ou encore dans les systèmes de levage (dirigeable, ballon météo). Un marché trusté par quelques pays producteurs tels que les États-Unis, le Qatar et l’Algérie, principalement, et dont le prix a été multiplié par 3 en 5 ans.

Mais la donne pourrait bien changer, au regard du projet de jeunes entrepreneurs lorrains. Après avoir travaillé 12 ans dans l’exploration pétrolière pour Total, Nicolas Pélissier et Benoit Hauville, les deux dirigeants de la start-up 45-8 Energy basée à Metz, ambitionne en effet d’exploiter le premier gisement d’hélium en France d’ici la fin de l’année 2023.

Des dispositifs d’exploitation innovants

Pour ce faire les équipes de 45-8 Energy misent sur deux dispositifs nouveaux. En partenariat avec les universités de Lorraine et de Pau ainsi qu’avec le bureau de recherches géologiques et minières, 45-8 Energy a mis au point une technique d’extraction compacte "qui ne prend pas plus de place qu’un hangar agricole", selon les services de la jeune pousse. Deuxième innovation : une unité mobile de recyclage d’hélium, visant à collecter le gaz sur les lieux de consommation, puis à le traiter pour pouvoir le réutiliser et ainsi éviter sa dispersion dans l’atmosphère après usage.

Des projets qui ont permis à la start-up de réaliser deux levées de fonds pour un total de 9 millions d’euros depuis 2017, avec notamment le fond Heling de la famille Bouygues au capital. Les deux fondateurs, toujours majoritaires, ambitionnent de nouveau de lever 20 millions d’euros d’ici fin mars 2023 pour concrétiser les projets d’exploration en cours.

Deux permis exclusifs d’exploration en France

"Nous bénéficions de deux permis exclusifs d’exploration accordés par l’État français", précise Camille Sigu, responsable communication de la start-up. "Le premier dans la Nièvre octroyé en 2021, et le second dans le Doubs octroyé en 2022".

La start-up a 5 ans à compter de l’attribution du permis pour sonder les terrains et entreprendre des exploitations pilotes. La première doit voir le jour d’ici la fin de l’année 2023 et permettre de commercialiser les premières bouteilles de gaz début 2024. L’entreprise estime que ses deux projets français peuvent potentiellement couvrir 15 % des besoins de la France en Hélium. Deux autres licences ont été demandées en Allemagne et au Kosovo.

Analyse des zones d’exploration exclusives octroyées à 45-8 Energy dans la Nièvre
Analyse des zones d’exploration exclusives octroyées à 45-8 Energy dans la Nièvre - Photo : © Guillaume ROBERT-FAMY

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition