Loire-Atlantique

Vin

Témoignage Surtaxes américaines sur le vin français : « Le prix de nos bouteilles augmente de 20 à 40 % aux États-Unis »

Par Jéromine Doux, le 30 décembre 2019

La hausse des droits de douane aux États-Unis impacte les producteurs de muscadet, dans le vignoble nantais. Ils ont vu le prix de leur bouteille augmenter de 25 % en moyenne. Vincent Caillé, à la tête du domaine des Coteaux, exporte 10 % de sa production. Pour faire face à la hausse des prix, il est dans l’incapacité de rogner sur ses marges, après l’épisode de gel qui lui avait déjà fait perdre 60 % de sa production.

Vincent Caillé est à la tête du domaine Les Coteaux en Loire-Atlantique et exporte 10 % de son muscadet aux USA.
Vincent Caillé est à la tête du domaine Les Coteaux en Loire-Atlantique et exporte 10 % de son muscadet aux USA. — Photo : Jéromine Doux - JDE

Vincent Caillé, gérant du domaine des Coteaux à Monnières, en Loire-Atlantique, est à la tête de 25 hectares, avec sa femme, et conduit des vignes en bio et biodynamie. Il emploie 3 salariés et réalise 600 000 € de chiffre d’affaires, notamment grâce à 25 pays étrangers. « Nous exportons 55 % de notre production », précise le gérant. Il travaille au Japon, en Russie, au Royaume-Uni ainsi qu’au Brésil et au Canada, qui sont ces deux plus gros marchés. Mais le viticulteur envoie également 10 % de sa production aux États-Unis et s’inquiète de la hausse des droits de douane outre-Atlantique, à la suite du conflit commercial entre Airbus et Boeing.

Une envolée des prix du muscadet

« Nous sommes dans l’expectative, confie Vincent Caillé. Pour l’instant, l’importateur, avec qui nous travaillons, ne nous a pas demandé de diminuer nos marges. Il encaisse la hausse des taxes, en jouant sur ses propres bénéfices, et attend de voir comment cela va évoluer. » Car si l’Union européenne venait à riposter, en augmentant à son tour les droits de douane des produits américains, l’Europe et les États-Unis pourraient entrer en négociations.

« Nous espérons que cette hausse sera supprimée », confie Vincent Caillé. Elle augmente, en effet, considérablement le prix de la bouteille de muscadet du domaine. « Certaines passent de 11 à 13 $ (entre 10 et 11 €, NDLR), d’autres de 10 à 14 $ (9 à 12,50 €, NDLR), ce qui fait une augmentation de 20 à 40 % », regrette le viticulteur. Avant la hausse des taxes douanières, ses bouteilles se retrouvaient, en moyenne, vendues à 22 $ chez les cavistes américains, soit environ 20 €, et jusqu’à 60 $ dans les restaurants, contre 11 € en France.

Abandonner le marché américain ?

Mais pour faire face à cette hausse des prix, Vincent Caillé est dans l’incapacité de rogner sur ses marges. « Nous avons perdu 60 % de notre production à cause du gel. Nous allons être obligés d’augmenter nos tarifs pour la cuvée 2019. Il est donc impossible pour nous de diminuer nos marges. »

Vincent Caillé n’exclut donc pas l’hypothèse de se détourner des États-Unis. Car, même s’il s’estime « fidèle » en affaires et ne veut pas se séparer de son client américain, il sait que « les muscadets en bio et biodynamie sont plébiscités partout dans le monde ».

Vincent Caillé est à la tête du domaine Les Coteaux en Loire-Atlantique et exporte 10 % de son muscadet aux USA.
Vincent Caillé est à la tête du domaine Les Coteaux en Loire-Atlantique et exporte 10 % de son muscadet aux USA. — Photo : Jéromine Doux - JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail