Nantes

Artisanat

Les voiles d’ombrage des Toiles de l’Ouest se gonflent pour l’été

Par Thibault Dumas, le 17 juin 2022

La TPE de confection de voiles d’ombrage Les Toiles de l’Ouest basée à Sainte-Pazanne compte désormais 9 salariés. Reprise par Marina Cadorel en 2017, elle prévoit une extension d’ateliers de 150 à 350 m2 d’ici à 2023 pour 500 000 euros d’investissement. Son chiffre d’affaires devrait dépasser 1 million d’euros l’année prochaine.

Marina Cadorel, gérante des Toiles de l’Ouest.
Marina Cadorel, gérante des Toiles de l’Ouest. — Photo : Thibault Dumas

Difficile d’imaginer sujet plus d’actualité au moment où la canicule menace, que chacun cherche un coin d’ombre, alors que la saison d’été n’est pas encore là. "Cette période de l’année est le moment où les gens pensent à leur bien-être dans leur espace extérieur que ce soit un balcon, une terrasse, un jardin où une piscine ", dépeint Marina Cadorel, 46 ans, gérante des Toiles de l’Ouest, qui compte 9 salariés. La TPE de Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique) installe désormais près de 400 voiles d’ombrage par an, réalisées sur-mesure à partir de tissus microperforés jusqu’à 300 g/m² fournis par le groupe Serge Ferrari.

Optimiser la production

De 850 000 euros en 2021, son chiffre d’affaires devrait dépasser les 900 000 euros cette année et 1 million d’euros l’année prochaine. Pour répondre à cette croissance de l’activité qui flirte avec les 10 % par an, les Toiles de l’Ouest vont agrandir d’ici à 2023 leurs ateliers d’étude, de confection et de stockage. En regroupant plusieurs petits bâtiments de 150 m2 additionnés en un bâtiment unique de 350 m2 moyennant un investissement de 500 000 euros. "L’idée est d’optimiser la production. Car nous nous sommes diversifiés, nous faisons aussi des bâches, des abris, des fermetures de préau, de l’isolation phonique, des coussins pour l’industrie", égraine la gérante. Sans compter les sacs et accessoires, cousus à partir des chutes des ateliers par le chantier d’insertion Lilokawa à Ancenis (8 couturiers, 200 000 euros de chiffre d’affaires).

75 % de ventes aux particuliers

L’ombrage représente désormais 60 à 70 % des ventes contre 90 % au moment du rachat, en 2017. Aujourd’hui, 75 % des voiles sont achetés par des particuliers et 25 % par des professionnels (paysagistes, menuisiers, métalliers, etc.). Pour les premiers, le service proposé va de la prise de côtes à la pose à domicile en passant par une projection 3D, pour visualiser l’installation. "La demande du particulier reste bien plus simple à gérer ", distingue Marina Cadorel. Outre la dimension de la voile, le type de mât et d’accastillage, chaque client peut choisir entre trois types de tissus, suivant la solidité et la performance thermique, qui se déclinent jusqu’à 48 coloris. Le prix de base est d’environ 620 euros TTC pour une voile d’ombrage de 2x2x3 mètres. Dans les mois à venir, la dirigeante se concentre "sur les points actuels de blocage pour le développement de la société : la commercialisation et la distribution". La dernière embauche des Toiles de l’Ouest sera précisément une assistante commerciale.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition