Nantes

Innovation

La communication à distance réinventée par la TPE nantaise La Vitre

Par Cyril Raineau, le 01 mars 2021

Réussir l’hybridation entre l’humain et le numérique : tel est le pari de la TPE de Saint-Herblain (44) La Vitre. Sa solution du même nom assure une communication à distance la plus réelle qu’il soit.

La Vitre efface les distances, la discussion se fait en face-à-face sans qu’il soit nécessaire de hausser le son de sa voix.
La Vitre efface les distances, la discussion se fait en face-à-face sans qu’il soit nécessaire de hausser le son de sa voix. — Photo : Cyril Raineau/JDE

Alors que les visioconférences et autres réunions téléphoniques se sont multipliées en entreprise depuis le premier confinement, l’innovation de la TPE de Saint-Herblain (44) La Vitre veut apporter sa touche d’originalité.

Elle développe et commercialise une solution logicielle du même nom qui, associée à du matériel (écran, caméra, micro, mini PC, enceinte) permet de communiquer à distance "comme si vous étiez dans la même pièce", résume Anthony Vannier, cofondateur et dirigeant. Un toc-toc sur la vitre, autrement dit sur un écran posé à la verticale, et vous entrez en relation avec votre interlocuteur qui peut être à l’autre bout de la France comme de la planète. "L’humain est au cœur des échanges, poursuit-il, on se parle entre nous, pas à des écrans."

C’est cet aspect "humain" qui distingue la vitre de la visioconférence classique qui, elle, "reste formelle, avec l’envoi d’une invitation, la réservation d’un horaire. Là, c’est tout l’inverse, c’est comme si l’on souhaitait croiser un collaborateur dans les bureaux. Nous sommes dans une communication visuelle, précise Anthony Vannier, chacun se voit de la même façon. D’ailleurs, la réciprocité est importante, il n’est pas possible d’enlever la vidéo si l’on veut communiquer. "

Une innovation d’abord pour des besoins en interne

Lui et ses deux associés, Thierry Bouquain et Romuald Boulanger, ont fondé début 2019 leur société la Vitre pour développer spécifiquement cet outil. Depuis, ils ont embauché 4 collaborateurs.

La Vitre est en quelque sorte une émanation de l’agence digitale Ucaya, née en 2007 et qui a à sa tête les mêmes dirigeants. " Étant sur plusieurs sites, Nantes, Paris et Marseille, nous avions besoin de disposer d’un outil pour communiquer à distance, se souvient Anthony Vannier. En 2015, nous commencions à avoir un produit assez robuste et nous nous sommes dit que si, à une quinzaine dans notre agence nous avions la nécessité d’un tel outil, alors peut-être que d’autres également. "

La solution logicielle qu’a conçue la TPE est facturée 199 euros par mois et par vitre. L’équipement en matériel se chiffre, selon les besoins, entre 3 000 et 10 000 euros. Depuis le lancement de la société, et surtout du plan marketing en août 2020, une centaine de vitres est déployée à travers 13 pays, essentiellement européens. Mais l’outil se retrouve aussi en Afrique et au Japon. " Pour l’instant, ce sont des sociétés françaises qui ont des sites à l’étranger ", note Anthony Vannier. Parmi les clients, des grands noms comme Engie ou Capgemini tout comme des PME. La TPE nantaise envisage de développer ses marchés à l’international. Elle vient à cet égard de signer son premier client purement étranger pour des vitres qui se retrouveront à Amsterdam, Barcelone et au Kansas.

Objectif : 300 vitres vendues d’ici la fin de l’année

Si le chiffre d’affaires (non communiqué) est " négligeable, nous n’en sommes qu’au début ", La Vitre a un plan de marche bien d’établi. Avec cet objectif : 300 vitres commercialisées d’ici fin 2021.

Pour se développer, Anthony Vanier imagine d’autres marchés que les échanges entre collaborateurs d’entreprises. " On peut penser à la gestion d’accueil ou la conciergerie. Si on prend l’exemple d’un site qui a quatre entrées mais une seule personne qui y est préposée, cette dernière assurera les relations à distance à travers celles posées à chacune des entrées ". Un modèle reproductible pour les demandes de renseignements à des terminaux d’aéroport. Autre marché possible, la télémédecine, avec d’un côté le médecin, de l’autre le patient avec une vitre en pharmacie, en Ehpad… Anthony Vannier songe aussi " à la partie animation, avec par exemple une vitre sur scène par laquelle le conférencier à distance s’exprime et a la sensation de voir les personnes présentes dans la salle. " Pour ce qui concerne les particuliers, une vitre nécessite un budget conséquent : " Nous sommes pour l’instant dans le BtoB, mais à terme pourquoi pas… "

La période inédite marquée par le télétravail donne des idées à d’autres entrepreneurs. " En début d’année, nous avons découvert un concurrent américain qui avait la même démarche que la nôtre, mais nos partenaires ont vu leur démo et nous ont dit que nous avions beaucoup d’avance ", se rassure Anthony Vannier. " Une période qui est aussi bénéfique au développement de l'outil de la TPE nantaise : " Avec les confinements, nous avons gagné deux à trois ans sur la prise de conscience qu'il fallait bien communiquer, même à distance. "  

La Vitre efface les distances, la discussion se fait en face-à-face sans qu’il soit nécessaire de hausser le son de sa voix.
La Vitre efface les distances, la discussion se fait en face-à-face sans qu’il soit nécessaire de hausser le son de sa voix. — Photo : Cyril Raineau/JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail