Nantes

Vin

10-vins affine son business model sur le B to B

Par Amandine Dubiez, le 02 mars 2017

La start-up 10-Vins se réoriente vers le B to B. De retour du CES de Las Vegas, la société nantaise affine sa stratégie pour exporter sa machine de dégustation de vin à l’international.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Pour la deuxième fois d’affilée, l’année a commencé à Las Vegas pour l’équipe de 10-Vins. En 2016, le Consumer Electronic Show avait été l’occasion de présenter la D-Vine, la machine qui prépare le vin à bonne température. Cette fois ci, la start-up nantaise a profité de la grand-messe de l’innovation pour dévoiler la version connectée de la D-Vine, avec un écran tactile intégré qui permet de découvrir l’histoire du vin et commander des nouveaux flacons. Une nouveauté qui a séduit les Américains.
« La D-Vine connectée peut raconter l’histoire du vin et cela leur plait beaucoup », explique Thibault Jarousse, l’un des trois fondateurs de la start-up. Les contacts pris là-bas sont prometteurs mais il faudra attendre un peu avant qu’ils aboutissent à des partenariats. « Les clients américains veulent davantage de références de vins », constate le dirigeant. 10-Vins travaille donc avec cinq caves à vins ("winery" en anglais) américaines. Son but : tripler le nombre de ses références. « Aujourd’hui on en a 35, le but est que l’on en ait 100 d’ici la fin de l’année », précise le cofondateur de la jeune pousse nantaise. Pour cela, il pourra s’appuyer sur le réseau d’In Vivo, avec qui la start-up vient de nouer un partenariat. Présent dans 31 pays, réalisant un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros, le groupe coopératif agricole dispose lui de 2.000 références dans le vin.

« Il y a un vivier sur le corporate »

En attendant donc de conquérir le marché américain, 10-Vins s’investit à Singapour et à Londres. Là-bas, D-Vine intéresse particulièrement les hôtels 4 et 5 étoiles. Certains hôtels Mariott et Sofitel ont déjà adopté la « Nespresso du vin ». Pour développer ce marché, la start-up qui emploie 18 salariés vient de recruter une personne en volontariat international en entreprise (VIE) qui travaillera depuis Londres. Si le marché de l’hôtellerie était une cible visée, les trois fondateurs s’attendaient moins à recevoir des commandes des cabinets d’avocats. « Une dizaine de cabinets à Nantes et Paris ont déjà équipés leur espace de convivialité », précise Thibaut Jarousse. Le dirigeant aurait aussi noué des contacts avec des compagnies aériennes. « Il y a un vivier sur le corporate », en conclut le dirigeant.

Parallèlement, la machine de dégustation de vin au verre est aussi en vente dans les Galeries Lafayette à Paris et au BHV du Marais. Et pour étendre son maillage, la startup aussi la vente directe pour se faire connaitre des particuliers. Elle propose à ses clients d’obtenir des récompenses en faisant tester la D-Vine auprès de leur cercle proche.

10-Vins qui a réalisé une levée de fonds d’1,5 million d’euros en juin dernier, ne souhaite pas, pour le moment, dévoiler son chiffre d’affaires.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition