Rennes

Numérique

Portrait Valérie Cottereau (Artefacto) : l'architecte d’écosystème

Par Anna Quéré, le 02 septembre 2019

Valérie Cottereau est à la tête d’Artefacto, agence de production de contenu basée à Betton, près de Rennes, spécialisée dans la réalité augmentée et la visualisation 3D pour l’immobilier, l’industrie et la culture. La dirigeante, très impliquée dans l’écosystème numérique rennais, est une fonceuse. Elle a reçu, fin mai, les insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite.

Valérie Cottereau, PDG fondatrice d'Artefacto.
Valérie Cottereau, dirigeante de l’agence rennaise de production de contenus interactifs Artefacto, a reçu, en mai 2019, les insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite. — Photo : Artefacto

Elle ne semble jamais avoir froid aux yeux. Pourtant, Valérie Cottereau a encore la voix qui tremble un peu lorsqu’elle évoque la cérémonie organisée en son honneur le 25 mai 2019. Et pour cause : la cheffe d'entreprise a reçu des mains du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian les insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite. « Ça fait presque peur ! » marmonne-t-elle, le sourire en coin. « Ce fut un moment particulier. J’avais invité plein de gens de l’écosystème numérique rennais qui m’ont aidée à différents moments de mon parcours, c'était une façon de les remercier. » Une belle récompense pour celle qui dirige depuis vingt ans Artefacto, une agence rennaise spécialisée dans la réalité augmentée, la réalité virtuelle et la visualisation 3D pour l'immobilier, l'industrie et la culture.

« Construire quelque chose de durable »

Valérie Cottereau, qui a étudié à l’école d’architecture de Rennes et fait ses premières armes comme architecte DPLG dans des cabinets rennais, n’avait pourtant jamais envisagé diriger une entreprise. Mais la vie – et son tempérament bien trempé – en ont décidé autrement. « C’est la curiosité, explique-t-elle. Quand j'ai fini mes études, c’était le début de l’image de synthèse. Le champ était tellement infini en termes de possibilités que je ne pouvais pas ne pas y aller. Cela ne m'intéressait pas trop d’être patron mais, en tant qu'architecte, j’avais besoin de projets. »

Quand elle crée l'agence Artefacto en 1998, la Ville de Rennes planche sur la première ligne de métro. Ses promoteurs aimeraient pouvoir visualiser les futures stations avant même qu'elles soient sorties de terre. Valérie Cottereau répond à leurs attentes. « Artefacto, c’est une entreprise de projet et pas un "coup" financier. J’ai voulu construire quelque chose de durable », rappelle sa présidente.

Connectée aux réseaux

En 2005, la création des pôles de compétitivité donne un nouveau souffle à l’entreprise. « Pendant cinq ans, nous étions en autarcie à l'agence, nous avions peur de l’extérieur. Cela nous a obligés à sortir. » Valérie Cottereau s’implique peu à peu dans l’écosystème numérique rennais. En 2013, elle reçoit l'Oscar de la maîtrise des sciences et technologies par le jury des Oscars d'Ille-et-Vilaine. Un an plus tard, elle participe à la candidature de Rennes pour décrocher le label French Tech. Aujourd’hui, elle est membre du directoire de Rennes School of Business et membre du conseil de surveillance du groupe Ouest-France.

Valérie Cottereau, décorée le 25 mai 2019 des insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.
Valérie Cottereau, décorée le 25 mai 2019 des insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. - Photo : Artefacto

« Ça représente beaucoup de réunions mais j’y apprends toujours plein de choses ! », sourit la dirigeante. Elle vient tout juste d’intégrer le réseau Produit en Bretagne dans la catégorie Services. Son dynamisme n’y est d’ailleurs pas passé inaperçu : « il n’y a pas beaucoup de femmes alors j’ai été embrigadée au conseil d'administration ! » raconte t-elle. Anne-Sophie Tily-Robin, dirigeante de Bouchers Services, qui la connaît depuis trois ans, est admirative : « Valérie arrive à diriger son entreprise tout en s’investissant dans d’autres univers et gère ce cumul d’activités d’une main de maître ! »

L'heure du virage

Aujourd’hui, avec 38 salariés et un chiffre d'affaires de 2,3 M€, Artefacto affiche une belle vigueur. Depuis 2018, un virage stratégique audacieux a été pris : « Là, on arrive à une étape. On ne va plus croître sur un modèle de prestation de services, on va devoir pivoter, notamment avec du contenu apporté par le client lui-même, explique Valérie Cottereau. En 2018 est sortie notre première solution logicielle en vue d’intégrer du contenu qui ne sera pas le nôtre. »

« C’est un sacré challenge de réussir à faire pivoter l'entreprise, s’enthousiasme le Rennais Olivier Méril, président de MV Group, qui connaît bien sa fougueuse homologue. Elle a une vision et doit parvenir à la transmettre à ses collaborateurs. Elle est toute menue, mais elle est cash ! » raconte-t-il. Une sincérité et un engagement qui rejoignent aujourd’hui des préoccupations écologiques. Chez Artefacto, Valérie Cottereau souhaite désormais limiter les déplacements pour diminuer les émissions de CO2, en favorisant la visioconférence et le télétravail. Un engagement qui s’illustre notamment dans le mode de vie végétarien qu'elle a choisi d'adopter... et de défendre !

Valérie Cottereau, PDG fondatrice d'Artefacto.
Valérie Cottereau, dirigeante de l’agence rennaise de production de contenus interactifs Artefacto, a reçu, en mai 2019, les insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite. — Photo : Artefacto

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.