Bretagne

Innovation

Les 10 start-up bretonnes à suivre en 2021

Par Virginie Monvoisin, le 13 janvier 2021

Elles sont écologiques, attentives au bien-être et à la santé des citoyens, veulent permettre aux seniors de rester actifs… Les start-up bretonnes sont dynamiques et ne manquent pas d’idées. Alors que se tient le CES 2021, salon de la technologie, 100 % digital cette année, voici une sélection de start-up à suivre de près.

De bureau d'études, Saméa Innovation à Pléneuf-Val-André vient de lancer ses propres gammes de solutions d'optimisation de la communication.
Saméa développe ses propres gammes de technologie sans fil. — Photo : @DR

Certaines participent au Consumer Electronics Show (CES) en cette mi-janvier (accompagnées par la communauté des French Tech bretonnes, Le Poool, Bretagne Commerce International, Les Villages by CA), d’autres non. Mais toutes ces start-up ont le petit quelque chose qu’il faut pour accélérer encore en 2021.

Saméa fiabilise les communications

Parmi les participantes au CES, on trouve notamment Saméa. Fondée par Sébastien Amiot, diplômé de Centrale Supelec Rennes, passé par le groupe Philips semi-conducteur, Saméa innovation a pour ambition d’aider les entreprises à intégrer de la technologie sans fil dans leurs produits. Initialement bureau d’études, la start-up costarmoricaine (4 salariés) a décidé de développer ses propres gammes de produits et d’études, via un statut d’intégrateur. Les premiers pour améliorer la connectivité afin d’optimiser les connexions wifi sur des sites industriels, les secondes pour assurer une géolocalisation en dessous du mètre. Saméa bénéficie, à ce titre, d’une incubation comme expert satellite Galiléo au sein de l’agence spatiale européenne.

Nahibu explore la flore intestinale

Autre participante au CES, la start-up rennaise Nahibu, fondée par Pierre Cressard, propose un accompagnement nutritionnel sur-mesure basé sur l’analyse de la flore intestinale (microbiote), à l’aide de kits complets. La jeune société a enregistré une forte hausse de ses ventes depuis le Covid. Elle a pu recruter 8 nouveaux collaborateurs. Nahibu s’est tout récemment affilié à un réseau de professionnels qui accompagnent les patients post-analyse. Début 2021, l’entreprise donnera la possibilité aux pharmacies et parapharmacies de commercialiser ses kits.

Blacknut, le « Netflix » du jeu vidéo est sur orbite

Remis d’aplomb après un plan de sauvegarde, Blacknut (20 salariés), start-up rennaise de jeux vidéo en streaming fondée en 2016, a profité du confinement pour engranger de nouveaux joueurs (ses utilisateurs ont été multipliés par quatre). Des millions de personnes bloquées à la maison se sont essayées au « cloud gaming » ou « jeu à la demande ». Blacknut a également signé à cette occasion avec plusieurs opérateurs de télécommunications, notamment en Italie et en Israël. Son plan de marche est aujourd’hui mondial. Une levée de fonds très prochaine, de 8 à 10 millions d’euros, devrait permettre d’asseoir le leadership du rennais, présent aussi au CES digital.

RPQeau veut reconquérir la qualité de l’eau

Ancien responsable du service eau et assainissement pour l’agglomération Guingamp-Paimpol (Côtes-d’Armor), Hervé Corteyn s’est associé à Eric Queudot, ex-Veolia, pour fonder la société RPQeau. Ce cabinet entend conseiller les collectivités locales propriétaires des réseaux d’assainissement au travers d’un véritable travail de diagnostic terrain. Plus de 40 000 euros ont été investis dans du matériel d’exploration des réseaux afin d’aller détecter les anomalies. Après cette première phase, la PME poursuit son travail en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, via la construction du cahier des charges, la sélection des entreprises et le pilotage de travaux.

Ecotree reboise la France

Alors que la crise sanitaire actuelle pose la question plus large de la biodiversité et du développement durable, la start-up brestoise Ecotree (32 salariés, 2 M€ de CA en 2019) a vu son nombre de prospects augmenter. La start-up propose en effet d’investir dans des arbres plantés dans des forêts gérées de façon durable. Un placement financier à long terme et écologique qui résonne particulièrement aujourd’hui. Ecotree, qui a levé trois millions d’euros à l’automne 2019 table sur 4,5 à 5 millions d’euros prochainement, malgré la Covid-19.

Marguerite & Cie bousculent les règles

Militante et engagée, l’entreprise Marguerite & Cie, spécialisée dans la distribution de box de protections menstruelles biologiques, a déjà triplé son chiffre d’affaires depuis sa création en février 2018 à Plobannalec-Lesconil (Finistère). Une dynamique qui devrait se poursuivre : son nouveau concept de distributeurs de serviettes et tampons périodiques gratuits a d’ores et déjà séduit la Région Bretagne et de grands groupes français. Sa créatrice, Gaële Le Noane, emploie désormais cinq salariés et vise le million d’utilisatrices d’ici 2021.

Buldi bâtit son avenir

Depuis Vannes, Buldi (CA NC) et son configurateur de maisons en ligne construisent des bases solides. Créée par Nicolas Mahé, Matthieu Merceron et Élise Albert, la start-up couvre désormais tout le grand Ouest et gagne l’Occitanie où elle a ouvert un bureau. » Des recrutements de business développeurs sont en cours à Bordeaux, Lyon et Montpellier. De 500 projets l’an passé, Buldi va passer à 2 500 voire 3 000 cette année. Financée jusqu’alors sur fonds propres, la société pourrait lever des fonds prochainement pour accompagner son essor national.

Senext parie sur la seconde vie professionnelle des retraités

La Rennaise Stéphanie Maros estime que les retraités qui le souhaitent doivent pouvoir travailler. Pour vivre leur retraite idéale et active, elle a créé Senext, une plateforme de mise en relation entre seniors et entreprises en quête de compétences. La start-up a le vent en poupe et a déjà reçu de nombreux prix, dont le prix du public aux Oscars d’Ille-et-Vilaine. Après un passage chez l’incubateur 1Kubator, Senext a rejoint le Village by CA Ille-et-Vilaine. La start-up recrute et vient d’intégrer le programme Phar (prêt d’honneur pour l’amorçage et coaching) de Réseau Entreprendre Bretagne.

Stratosfair mise sur des datacenters green et locaux

Le premier réseau de data centers durable et bas carbone prend forme à Locminé (Morbihan). Bérenger Cadoret, ancien DSI, va déployer au travers de sa société Stratosfair, des centres de données de proximité, fonctionnant uniquement avec des énergies renouvelables. Pour le second trimestre 2021, il prépare déjà des études pour une duplication rapide du modèle soit 5 à 10 sites entre 2021 et 2022. « À moyen terme, le projet est de disposer d’un réseau d’une centaine de data centers du même type en France.

La Tour Azur vise 10 emplois en 2021

Fondée en 2016 par deux frères, Bastien et Thierry Marc, la start-up en motion design La Tour Azur développe des solutions digitales en expérience client, marque employeur et affichages digitaux. Elles séduisent le groupe Rocher, la Brittany Ferries, B & B Hôtels ou encore Lactalis. « Nous travaillons aussi sur des outils de contenus vidéos pour des structures qui n’ont ni les moyens, ni le temps ni les compétences internes », évoque Bastien Marc, codirigeant de la startup installée à Malestroit (Morbihan).

De bureau d'études, Saméa Innovation à Pléneuf-Val-André vient de lancer ses propres gammes de solutions d'optimisation de la communication.
Saméa développe ses propres gammes de technologie sans fil. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail