Ille-et-Vilaine

BTP

Elan Bâtisseur se structure autour de la construction durable

Par Virginie Monvoisin, le 18 janvier 2022

La Scop Elan Bâtisseur était au départ une structure d’accompagnement à la création d’entreprises du bâtiment. Elle évolue maintenant pour devenir une entreprise de construction à la gouvernance partagée, qui veut désormais mener ses propres chantiers, axés notamment sur le réemploi des matériaux.

Chez Elan Bâtisseur, les professionnels du bâtiment, actionnaires de la Scop, peuvent bénéficier d’outils de production, d’ateliers et de locaux partagés. Les nouveaux locaux de l’entreprise ont été réhabilités par les adhérents, avec un axe durable et parfois du réemploi de matériaux.
Chez Elan Bâtisseur, les professionnels du bâtiment, actionnaires de la Scop, peuvent bénéficier d’outils de production, d’ateliers et de locaux partagés. Les nouveaux locaux de l’entreprise ont été réhabilités par les adhérents, avec un axe durable et parfois du réemploi de matériaux. — Photo : Virginie Monvoisin

Depuis sa fondation il y a quatorze ans comme CAE (Coopérative d’Activités et d’Emploi favorisant l’entrepreneuriat collectif), Elan Bâtisseur a quelque peu changé de mission. Spécialisée dans l’accompagnement à la création d’entreprises du bâtiment, elle est devenue peu à peu elle-même une coopérative du bâtiment. "Notre première mission est d’accompagner les porteurs de projets pour qu'ils développent leur activité économique", explique Nathalie Guillon, co-gérante d’Elan Bâtisseur par mandat social, aux côtés de Cédric Chenais et Arnaud Bonté. La gouvernance de la structure est en effet partagée depuis fin 2020, et fonctionne selon un modèle horizontal avec un capital social ouvert aux entreprises accompagnées.

Des ateliers partagés

Ainsi, Elan Bâtisseur compte 58 associés, qui sont en CDI en tant qu’entrepreneurs salariés. "Avec les apprentis, notre équipe d’appui et 15 CAPE (contrats d’appui au projet d’entreprise, NDLR), nous sommes 90", compte Nathalie Guillon. Un effectif qui a presque doublé en trois ans. Chaque entrepreneur est ici indépendant dans le développement de son activité. Il a accès à un soutien, à des espaces atelier pour partager des machines, à un support technique pour être accompagné sur des questions spécifiques comme l’utilisation de nouveaux matériaux, par exemple. L’ensemble des corps de métiers du bâtiment y sont représentés, du gros œuvre au second œuvre (maçons, charpentiers, carreleurs, peintres, électriciens…). "Tout naturellement, ils travaillent souvent ensemble, souligne Nathalie Guillon. Si une demande globale d’un client nous arrive, nous la portons. Nous constatons d’ailleurs qu’il se signe de plus en plus de chantiers communs." Ensemble, ils génèrent un chiffre d’affaires de 4,2 millions d’euros en 2021, contre 3,9 millions en 2020. "Si à la fin de ses trois ans d’accompagnement au sein de la CAE, l’entrepreneur peut voler de ses propres ailes, il choisit le plus souvent de devenir associé. Travailler tous ensemble fonctionne bien", souligne Nathalie Guillon.

Des locaux vitrine d’un savoir-faire

Victime de son succès, Elan Bâtisseur a quitté ses anciens locaux de la Maison des Scop, à Rennes, pour investir à Saint-Jacques-de-la-Lande et développer la partie atelier partagé. Il a mis 1,8 million d’euros sur la table pour cette parcelle de 7 000 m², où l’un des bâtiments est en cours de réhabilitation pour mars 2022. Ce sont les entrepreneurs associés qui mettent la main à la pâte pour valoriser leur savoir-faire avec, pour les murs une ossature bois, un bardage bois, une isolation en laine de bois ou paille recouverte de terre. "Le sol de la partie bureaux est, lui, posé sur d’anciennes palettes", détaille Cédric Chenais, co-gérant. De quoi mettre en avant l’engagement d’Elan Bâtisseur dans la construction durable, les matériaux biosourcés et le réemploi. "Pendant les travaux, nous avons installé les bureaux dans une paillote en bois, dont tous les éléments seront réimplantés dans le futur bâtiment. Nous sommes des utilisateurs du réemploi et encourageons nos entreprises en ce sens."

En son nom propre, Elan Bâtisseur veut même développer ses propres chantiers de démontage et réemploi. "Nous sommes ainsi intervenus sur le chantier de réhabilitation de la Maison des Scop. C’est une méthode très instructive, indique Nathalie Guillon. Cela permettrait à Elan Bâtisseur de mettre encore plus de coopération entre les entreprises, et de dégager notre propre chiffre d’affaires." C'est l'un des projets de développement de la structure, qui veut maintenant se révéler comme une entreprise à part entière et augmenter sa rentabilité.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition