Ille-et-Vilaine

Industrie

Avec la crise, Ocene adapte son savoir-faire à de nouveaux marchés

Par Virginie Monvoisin, le 05 juin 2020

Ocene, PME d'Ille-et-Vilaine spécialisée dans le traitement de l'eau et les machines de lavage pour l'agroalimentaire, a mis au point une arche de désinfection de chariots de magasins. Une idée qui l'a poussé à réfléchir à de nouveaux marchés.

Arche de désinfection des chariots de magasins de la PME bretillienne Ocene
La PME bretillienne Ocene a mis au point une arche de désinfection des chariots de magasins. — Photo : © Ocene

Depuis quarante ans, Ocene fabrique des équipements pour le traitement de l’eau en élevage et pour le nettoyage industriel, essentiellement en agroalimentaire. Alors que la crise du coronavirus s’abat sur la France, l’entreprise de Louvigné-du-Désert, en Ille-et-Vilaine, connaît une importante chute d’activité. « L’un de nos collaborateurs s'est dit que nous pouvions utiliser nos savoir-faire. Il nous a soumis l’idée d’une arche de désinfection pour chariots de supermarchés et de grandes surfaces », raconte Jean-Philippe Lavigne, directeur général d’Ocene. Il sollicite son équipe du bureau d’études pour faire un prototype. L’engin est ensuite testé à Louvigné-du-Désert et Fougères, dans deux grandes surfaces alimentaires. « Les essais ont séduit, et les commandes se sont alors enchaînées », rapporte le dirigeant, qui n’est pas le seul dans le département à s’être lancé sur ce créneau de la désinfection. À ce jour, 80 arches ont déjà été commercialisées. D’autres dossiers conséquents sont à l’étude pour plusieurs enseignes.

« Une fierté, une opportunité »

« Cela nous a apporté un peu de chiffre d’affaires, et permis de faire tourner une ligne de production pendant plus de trois semaines avec quatre personnes à temps complet », souligne Jean-Philippe Lavigne. Selon nos estimations, à partir de 1 400 euros HT l’arche, le chiffre d’affaires dépasse les 110 000 euros. Une petite consolation pour cette société qui réalisait 11 M€ de CA en 2019 (dont 8 à 10 % à l’export) avec 70 collaborateurs. Mais c’est aussi « une fierté. Cette innovation a généré un sentiment d’appartenance très positif dans l’entreprise, de la part de tous nos salariés. Ce que je retiens c’est que toute crise génère des opportunités. Il faut être réactif », décrit le dirigeant. L'arche de désinfection sera-t-elle pérennisée ? « Cela ne dépend pas que de nous : y aura-t-il toujours une demande ? Y aura-t-il une nouvelle réglementation concernant la désinfection de chariots ? Si la tendance se confirme, nous répondrons présents, sinon, cela aura été une simple réponse à la crise du coronavirus ».

Une réflexion sur les usages

Mais surtout, pour la suite, l’arche a ouvert chez Ocene la voie d’une réflexion de l’ensemble des équipes. « Nous avons profité de ce temps de crise pour travailler sur les usages de nos équipements. Nous avons su être réactifs avec notre arche, alors pourquoi pas pour d’autres produits. Nous avons identifié de nouveaux secteurs d’activité à cibler. Notre technologie peut servir à d’autres industriels, pas seulement à l’agroalimentaire. En clair, cette crise nous a ouvert les yeux vers des marchés où nous ne sommes pas encore et que nous allons maintenant travailler ». Le champ est vaste, Ocene réalisant pour l’instant 95 % de son activité lavage pour les industrie agroalimentaires qui ont des problématiques de sécurité alimentaires, sanitaires et de traçabilité.

Arche de désinfection des chariots de magasins de la PME bretillienne Ocene
La PME bretillienne Ocene a mis au point une arche de désinfection des chariots de magasins. — Photo : © Ocene

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail