Nord

Innovation

Vianney Souplet (Innobiochips) : "Il faut montrer que l’on sait faire pour attirer les investisseurs"

Par Lise Verbeke, le 23 juillet 2022

Innobiochips s’est distingué pendant la crise covid, et cela a notamment permis d’attirer un nouvel investisseur.
Innobiochips s’est distingué pendant la crise covid, et cela a notamment permis d’attirer un nouvel investisseur. — Photo : Innobiochips

La start-up lilloise Innobiochips, basée à Eurasanté, a levé 1,5 million d’euros en février dernier. La moitié de cette levée de fonds provient de ses trois actionnaires historiques, et l’autre moitié, d’un nouvel investisseur, l’Ircem, un groupe de protection sociale. La start-up est spécialisée, depuis 2015, dans la fabrication de dispositifs de diagnostic in vitro innovants, car multi-paramétriques. "Nos systèmes d’analyses sont utilisés par les laboratoires d’analyses médicales dans 4 domaines : la transfusion, la transplantation, les maladies infectieuses et le micro biome", explique Vianney Souplet, directeur général.

Prise de risque

L’entreprise s’est distinguée lors de la crise sanitaire car elle a mis au point un test de dépistage, CoViDiag, qui permet de mesurer l’immunité d’une personne contre les variants du Covid qui circulent. Avec ce test haute définition unique, "on a montré notre capacité à aller très vite sur des nouveaux développements, c’est donc une marque importante pour un investisseur potentiel". Dans les biotechs, la prise de risque est beaucoup plus forte, "que dans le domaine du numérique par exemple, car il y a tout le volet structure, laboratoire, équipements, cela coûte cher, et le temps de développement est plus long", ajoute le dirigeant, qui travaille au quotidien pour trouver de nouveaux financeurs.

Cette levée de fonds va permettre à Innobiochips de développer de nouveaux produits sur le volet transfusion, "une nouvelle façon de définir les groupes sanguins plus rapidement et plus efficace qu’aujourd’hui". Des projets qui pourraient faire croitre le chiffre d’affaires d’un million d’euros aujourd’hui à "plusieurs dizaines de millions d’euros d’ici 5 ans".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition