Nord

Distribution

Le distributeur Damartex opère une recapitalisation pour transformer son modèle

Par Elodie Soury-Lavergne, le 02 octobre 2020

Touché par la crise sanitaire du coronavirus, le distributeur nordiste Damartex (Damart, Afibel, Sedagyl, etc.) accélère son plan de transformation initié en mai 2019. Pour le financer, il s'apprête à réaliser une augmentation de capital de 29,5 millions d'euros. Son ambition est de devenir, à terme, leader européen de la silver économie.

Patrick Seghin, président directeur général du groupe nordiste Damartex.
Patrick Seghin, président directeur général du groupe nordiste Damartex. — Photo : Damartex

La crise sanitaire a fait tanguer le distributeur nordiste Damartex (Damart, Afibel, Coopers, Sedagyl, etc.). « 2020 est un exercice difficile. Nous avons subi la crise de plein fouet », commente Patrick Seghin, président du directoire du groupe de Roubaix. Le groupe termine son exercice 2019/2020 avec un chiffre d’affaires de 686,2 millions d’euros, en retrait de 4,7 % par rapport à 2018/2019. La profitabilité s’est elle aussi dégradée, avec un résultat net négatif, de -34,8 millions d’euros.

C’est dans ce contexte difficile que Damartex entend poursuivre la transformation de son modèle, initié au printemps 2019. Son ambition : « Devenir le numéro 1 européen de la silver économie » (ensemble des marchés et activités économiques liés aux plus de 60 ans, NDLR), annonce Patrice Seghin. Pour financer son plan de transformation, le groupe s’apprête à réaliser une augmentation de capital.

Une recapitalisation à hauteur de 29,5 millions d’euros

Damartex annonce une recapitalisation à hauteur de 29,5 millions d’euros, avec maintien du droit préférentiel de souscription. Cette opération sera lancée le 7 octobre, pour s’achever le 16, avec un prix de souscription de 8 euros. Le groupe se laisse par ailleurs la possibilité de valider une clause d’extension de 15 %. Celle-ci permettrait au distributeur nordiste de lever un total de 33,9 millions d’euros.

Cette opération doit permettre à Damartex de financer son plan de transformation. « Ce plan a été lancé en mai/juin 2019, avec la conviction que le monde changeait. En janvier 2020, les premiers résultats nous ont confortés dans cette voie, puis nous avons été rattrapés par la crise de la Covid-19. Notre conviction, c’est qu’il ne faut rien changer à ce plan, mais accélérer son déploiement. Cette crise est un accélérateur de tendance. La cliente de 70 ans qui était un peu présente sur le web l’est désormais beaucoup », commente Patrick Seghin.

Le distributeur s’apprête donc à investir massivement, en suivant plusieurs axes : la modernisation de ses marques, la transformation digitale, qui demande à la fois des technologies et compétences dédiées, ainsi que la croissance externe pour deux de ses trois pôles d’activité, à savoir Home & Lifestyle (produits dédiés à la décoration et la maison) et Healthcare (produits liés au bien vieillir à domicile).

L’activité textile n’est pas remise en cause

Le textile, pôle d’activité historique du groupe Damartex, a particulièrement souffert de la crise en raison de la fermeture temporaire des magasins. Par ailleurs, « le textile est un marché en restructuration. Mais nous disposons de trois marques qui ont un véritable potentiel de différenciation », affirme le dirigeant. Les deux marques historiques, Damart et Afibel, font chacune l’objet de plan de modernisation. Afibel, jusque-là en perte de vitesse, s’est stabilisée sur ce premier trimestre 2020/2021, avec une légère baisse de son chiffre d’affaires de 0,9 %.

Les deux autres pôles d’activité sont particulièrement porteurs. La marque Coopers (pôle Home & Lifestyle), qui enregistrait une croissance de 25 % avant la crise sanitaire, a bondi de 69 %  sur ce premier trimestre 2020/2021. Structuré il y a environ 8 mois, le pôle Healthcare est quant à lui sur « un marché en forte croissance, notamment sur les 75/85 ans », souligne Patrick Seghin.

Un premier trimestre encourageant

Pour sécuriser son activité en attendant d’avoir les résultats de ce plan, Damartex a négocié avec ses partenaires bancaires l’adaptation de sa dette à sa situation. Il a également eu recours à un PGE, prêt garanti par l’État, à hauteur de 80 millions d’euros. Il compte enfin « mobiliser 15 millions d’euros grâce à la cession d’actifs non stratégiques. Il s’agit d’immobilier, de terrains ou d’entrepôts », indique Bruno Defache, directeur financier de Damartex.

La direction est par ailleurs satisfaite des premiers résultats obtenus sur le premier trimestre de l’exercice. Le chiffre d’affaires s’établit à 155,2 millions d’euros, soit une légère croissance de 1,3 %. Le pôle textile réalise un chiffre d’affaires de 111,8 millions d’euros, soit une baisse de 2,7 %, le pôle Home & Lifestyle affiche de son côté 35,9 millions d’euros (+9,2 %) et le pôle Healthcare, 7,4 millions d’euros (+36,3 %).

Patrick Seghin, président directeur général du groupe nordiste Damartex.
Patrick Seghin, président directeur général du groupe nordiste Damartex. — Photo : Damartex

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail