Lyon

Rhône-Alpes : L'Etat demande 422 M€ aux collectivités locales pour l'A45

Par Gilles Cayuela, le 20 février 2015

La réalisation de l'A 45 nécessitera une subvention d'équilibre de 844 M€ dont 50% sera pris en charge par l'Etat. Le reste de la facture devra être réglé par les collectivités locales concernées.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La facture risque d'être plus salée que prévue pour les collectivités locales qui se sont mobilisées en faveur de la construction de l'A45. C'est en tout cas ce qui ressort de la rencontre du jeudi 19 février entre Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche et les élus ligériens.




844 M€ de subvention d'équilibre

En effet, à ce stade de l'appel à concession, une seule offre correspondant en totalité au cahier des charges (pour un coût global estimé à 1,2 Md€) serait arrivée sur son bureau. Une offre qui nécessiterait d'après le représentant de l'Etat une subvention d'équilibre de 844 M€ dont 422 M€ à la charge des collectivités locales concernées : conseil général de la Loire et Saint-Etienne Métropole. Quant au péage de cette partie d'autoroute censée relier Lyon et Saint-Etienne, le ministre l'aurait estimé à 5 €.

Exorbitant pour les collectivités locales ligériennes, qui ont vu les dotations de l'Etat se réduire ces dernières années et les transferts de charges se multiplier parallèlement, ce montant de 422 M€ ne devrait toutefois pas remettre en cause la poursuite du projet. "Il s'agit d'une infrastructure d'intérêt national", rappellent de concert le président du conseil général de la Loire Bernard Bonne et le président de Saint-Etienne Métropole Gaël Perdriau.




Comment payer ?
Pour autant, une question reste en suspend : comment payer la facture ? "Le gouvernement a décidé de ponctionner les dotations aux collectivités de près de 11 Md€ d'ici à 2017, représentant une baisse, par an et dès cette année, de 5,6 M€ pour la ville de Saint-Etienne, 3,6 M€ pour Saint-Etienne Métropole et 12,7 M€ pour le conseil général de la Loire", indique-t-on du côté des collectivités ligériennes, qui envisagent d'ores et déjà de relancer les discussions avec leurs voisins.

"Il conviendra de solliciter à nouveau la Région Rhône-Alpes, le département du Rhône, la Métropole de Lyon, qui s'étaient positionnés, jusqu'à présent en défaveur d'une participation au financement de ce projet d'autoroute d'intérêt nationale, ainsi que les collectivités territoriales auvergnates, dans la perspective de la création prochaine de la nouvelle Région Rhône-Alpes Auvergne", expliquent dans un communiqué commun Bernard Bonne et Gaël Perdriau.

De son côté, l'ancien maire et président de Saint-Etienne Métropole Maurice Vincent propose de solliciter le ministère pour un examen de la possibilité de réaliser l'A45 en deux tranches : d'abord Lyon - contournement de Saint-Chamond, puis plus tard Saint-Chamond - Saint-Etienne. Une solution qui selon lui permettrait "la réalisation du projet sur une base financière gérable".    

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition