Banque

Crédit Mutuel : le conseil d'administration d'Arkéa valide le projet d'indépendance

Par Pierre Gicquel, le 19 janvier 2018

Le conseil d'administration du Crédit Mutuel Arkéa a validé le projet d'autonomie souhaité par ses dirigeants. Mais il demande aussi l'avis de sa base. Vote prévu par l'ensemble des caisses locales de Bretagne et du Sud-Ouest au premier semestre 2018. Mais sans celles du Massif Central.

Enseigne du Crédit Mutuel à Nantes — Photo : Stéphane Vandangeon Le journal des Entreprises

Après le rebondissement de mercredi, une nouvelle marche a été franchie dans la longue escalade vers l'autonomie menée par le Crédit Mutuel Arkéa face à la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM). Ce vendredi, à travers un communiqué, le CM Arkéa annonce que son conseil d'administration, réuni à Brest le 17 janvier, a donné mandat aux dirigeants du groupe «d’engager toute action permettant au Crédit Mutuel Arkéa de devenir un groupe bancaire coopératif et mutualiste indépendant, entièrement distinct du reste du Crédit Mutuel.» La rupture semble donc inévitable. Mais le CM Arkéa souhaite encore faire valider le projet par sa base.

Consultation des caisses locales

La réunion du 17 janvier a aussi statué afin de lancer une consultation de l'ensemble des caisses locales et de leurs administrateurs, issus des trois fédérations constituant le CM Arkéa (Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central). Elles pourront ainsi «s’exprimer librement sur le projet d’indépendance du groupe Arkéa». En 2016, les trois fédérations du Crédit Mutuel Arkéa s'étaient prononcées, à une très large majorité, en faveur de l'autonomie. «Dans le respect des valeurs coopératives et mutualistes qui sont le socle de notre gouvernance, nous avons fait le choix du mode de consultation le plus large et démocratique qui soit», a commenté Jean-Pierre Denis, président du CM Arkéa et du Crédit Mutuel de Bretagne. Une option aujourd'hui validée par les conseils d'administration des fédérations de Bretagne et du Sud-Ouest, qui espèrent ainsi «une sortie par le haut, acceptée par chacune des parties pour mettre un terme définitif à un conflit qui n’a que trop duré.»

Une décision que valide également Christian Touzalin, président du Crédit Mutuel du Sud-Ouest : «À l’instar de nos résultats, de l’extension de notre réseau de Caisses locales à la fin des années 1990, le choix de préserver notre autonomie au sein du Groupe Arkéa, offre à notre banque régionale un beau projet coopératif mutualiste et territorial.»

Mais sans le Massif Central

Seule manquante à l'appel : la fédération du Crédit mutuel du Massif Central. Sans surprise, puisque celle-ci avait annoncé dès juin dernier son intention de quitter Arkéa pour rejoindre le camp du CM11-CIC, majoritaire dans la CNCM. Une rupture aujourd'hui actée par un vote à une large majorité.

Enseigne du Crédit Mutuel à Nantes — Photo : Stéphane Vandangeon Le journal des Entreprises