Événementiel

Coronavirus : durement touchés, les Traiteurs de France imaginent la reprise

Par Jean-François Michel, le 30 avril 2020

Le secteur des traiteurs indépendants est fortement impacté par l'annulation des événements, avec des pertes se chiffrant déjà en dizaines de millions d'euros. Mais Alain Marcotullio, dirigeant de Marcotullio Traiteur et président des Traiteurs de France, se veut optimiste. Selon lui, la profession saura rebondir si elle travaille sur un positionnement différent.

Alain Marcotullio, président de l'association Traiteurs de France et du groupe Marcotullio Traiteur à Nancy.
« Il est illusoire de penser que tout redeviendra comme avant », estime Alain Marcotullio, le président des Traiteurs de France et du groupe Marcotullio Traiteur à Nancy. — Photo : © Traiteurs de France

Deux mois après le début de la crise liée à la pandémie de Covid-19, l'association Traiteurs de France, qui regroupe les principaux traiteurs organisateurs de réceptions indépendants de l'Hexagone, a une vision claire des conséquences sur les résultats des entreprises du secteur : au 31 mars, 2 264 prestations ont été annulées, pour une perte quotidienne de 600 à 800 000 € sur l’ensemble du réseau des Traiteurs de France.

Pour décrire l’ampleur du coup porté à sa profession, Alain Marcotullio, le dirigeant de Marcotullio Traiteur (8 M€ de chiffre d’affaires ; 60 collaborateurs) à Nancy et président de Traiteurs de France, est contraint d’utiliser une sémantique guerrière : « les bombes tombaient, il a fallu creuser des tranchées… »

« Nous avons déjà perdu 30 millions d’euros de chiffre d’affaires », dévoile le président du réseau créé en 1997 et qui réunit aujourd'hui une quarantaine d'entreprises. « Le cumul des pertes estimées jusqu’en décembre devrait s’élever à 83 millions d’euros ». De quoi donner le coup de grâce à une profession déjà affaiblie ? Pas du tout : « Aujourd’hui, je suis plutôt optimiste », affirme Alain Marcotullio. « Je sais que la profession a les capacités pour rebondir. »

Front commun avec les professions de l’événementiel

Dès le début de la crise, les traiteurs et organisateurs de réceptions « ont été écoutés », estime Alain Marcotullio. Le dirigeant, qui n’avait jamais mis un seul de ses salariés en activité partielle, a découvert le dispositif en même temps qu’il l’appliquait : aujourd’hui, dans le seul réseau Traiteurs de France, 1 300 salariés sont au chômage partiel et 94 % de laboratoires sont fermés. « Nous avons demandé que le dispositif de chômage partiel puisse être prolongé car l’activité ne repartira pas avant septembre », anticipe le représentant.

L’association nationale propose d'autres mesures : le report de 18 mois des emprunts en cours, la transformation des prêts garantis par l'Etat en crédits sectoriels longue durée remboursables sur huit ans, ou encore l’exonération des charges fiscales et sociales jusqu’en décembre. Les Traiteurs de France avancent aussi la possibilité de créer un fonds de relance pour les PME du tourisme et de l’événementiel. Autant de demandes formulées en concertation avec les autres acteurs du secteur de l’événementiel, qui ont fait front commun.

Virage stratégique porteur

Au-delà de cette dynamique et du dialogue constructif avec les pouvoirs publics, c’est surtout la capacité de sa profession et de son entreprise à se « réinventer » qui rassure Alain Marcotullio. Si les laboratoires des Traiteurs de France sont aujourd’hui à l’arrêt, le travail continue pour « imaginer la place de la profession dans le monde de demain » car « il est illusoire de penser que tout redeviendra comme avant », estime le dirigeant. « Verra-t-on encore des réceptions rassemblant 1 000 personnes ? Personne ne peut le dire ». Et de mettre en avant des événements plus « responsables, en limitant les impacts sur l’environnement et favorisant l’économie circulaire. »

En 2017, le groupe Marcotullio Traiteur a investi 3 millions d’euros dans un nouveau laboratoire, à Louvigny, à mi-chemin entre Nancy et Metz. Le traiteur a gagné une dimension quasi industrielle, tout en conservant l’exigence de qualité qui a fait sa réputation. Un virage stratégique que le dirigeant estime aujourd’hui plus que jamais porteur : « Quand j’ai ouvert le nouveau laboratoire, on m’a dit qu'il ressemblait à un hôpital. Mais nous avons prouvé que nous maîtrisions les normes et l’hygiène. Les clients seront de plus en plus attentifs à cela demain. »

Dans une tribune publiée sur le site des Traiteurs de France, le dirigeant de Marcotullio Traiteurs écrivait que « la Nature, trop souvent malmenée, envoie un message fort à l’humanité. Il est temps pour nous de revenir à l’essentiel : la solidarité ». Un souhait qui n’est pas resté vain : les Traiteurs de France ont fait don de 2 000 repas et 140 000 équipements de protection aux hôpitaux.

Alain Marcotullio, président de l'association Traiteurs de France et du groupe Marcotullio Traiteur à Nancy.
« Il est illusoire de penser que tout redeviendra comme avant », estime Alain Marcotullio, le président des Traiteurs de France et du groupe Marcotullio Traiteur à Nancy. — Photo : © Traiteurs de France

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail