Banque

Capital

Bpifrance relance son fonds d'investissement dans les PME à destination des particuliers

Par Pierrick Lieben, le 16 février 2022

Bpifrance retente son opération de financement participatif de l'économie. La banque publique lance son deuxième fonds de placement ouvert aux particuliers. La démarche de ce "Bpifrance Entreprises 2" est la même, avec la volonté d'orienter 100 millions d'euros vers 1 500 entreprises. Mais les conditions évoluent pour rendre encore plus accessible ce produit original.

Avec Bpifrance Entreprises 2, la banque publique assume de vouloir ouvrir le capital-investissement aux particuliers, notamment grâce à un ticket d'entrée abaissé à 3 000 euros.
Avec Bpifrance Entreprises 2, la banque publique assume de vouloir ouvrir le capital-investissement aux particuliers, notamment grâce à un ticket d'entrée abaissé à 3 000 euros. — Photo : ©William W. Potter

Bpifrance creuse son sillon pour canaliser l’épargne des Français vers les start-up, PME et ETI du pays. Un an et demi après avoir lancé un premier fonds d’investissement ouvert aux particuliers, la banque publique renouvelle l’opération, avec l’objectif de collecter 100 millions d’euros, grâce à ce nouveau modèle présenté comme "unique au monde".

L’opportunité d’investir dans 1 500 entreprises

Preuve qu’elle croit en son concept, la recette est quasiment la même qu’en 2020. Sur le principe, pas de changement : sous forme de FCPR, ce Bpifrance Entreprises 2 permet d’orienter son argent vers 1 500 sociétés non cotées, à 70 % françaises (en valeur - cette proportion monte à 80 % en nombre). Plusieurs secteurs sont représentés - en premier lieu les technologies (24 % de l’actif net estimé), la santé (16 %), les services B to B (13 %), l’industrie (12 %) et la consommation (10 %).

Bpifrance met également en avant la maturité de son portefeuille. Il a été constitué entre 2010 et 2016 par 126 fonds sous-jacents, émanant de 76 sociétés de gestion différentes. Fait nouveau, la banque publique apporte son écot à l’opération, puisqu’elle compte 130 entreprises sur lesquelles l’institution a directement misé, à travers ses "Fonds Investissement région 1 et 2".

Des seuils et des frais revus à la baisse

Mais ce n’est pas là la moindre des nouveautés de cette année. Dans un effort assumé d’ouverture au plus grand nombre, le ticket d’entrée passe à 3 000 euros (au lieu de 5 000), quand le plafond d’investissement est, lui, abaissé à 50 000 euros (contre 95 000 auparavant). Les frais sont aussi compressés, avec un taux maximal annuel de 3,3 % (et non plus 3,9 %). Le tout pour un rendement toujours évalué entre 5 et 7 % net. Il convient de préciser que ces gains, tout comme le capital, ne sont pas garantis.

Une volonté assumée de démocratiser le capital-investissement

La souscription est ouverte dès ce 16 février et jusqu’au 31 décembre. Une date butoir toutefois très théorique : plébiscité par 4 000 personnes, le premier fonds avait été clôturé au bout de neuf mois. Or, son successeur devrait bénéficier d’une distribution plus large dans les réseaux bancaires. Bpifrance maintient, en parallèle, la possibilité d’investir par soi-même directement en ligne, via une plate-forme dédiée.

Ce canal direct a représenté 20 % des montants levés et attiré la moitié des souscripteurs. Parmi eux, les deux tiers investissaient pour la première fois dans le non coté. Une fierté pour Nicolas Dufourcq. Le directeur général de la banque publique met d’ailleurs un point d’honneur à inscrire dans la durée cette initiative en faveur des investisseurs non-professionnels.

"Pour Bpifrance, cette affaire a un coût, mais nous le faisons pour démocratiser le private equity en France. Il n’est plus possible de réserver le capital-investissement à une extrême minorité de la société, celle qui peut se permettre d’investir des tickets de 100 000 euros, alors que c’est devenu une classe d’actifs mondiale fondamentale. Pour moi, on est à un niveau d’inacceptable rarement atteint !"

Les acteurs privés appelés à plagier Bpifrance

Nicolas Dufourcq va même plus loin. Il aimerait que d’autres acteurs de la place financière lui emboîtent le pas : "Il n’y a pas non plus de raison que seule la banque publique fasse cet effort ! D’autant qu’il n’y a rien à réinventer, il suffit de copier-coller ce que nous avons fait". Et de se souvenir, avec une pointe de nostalgie, de l’impôt de solidarité sur la fortune… "À l’époque, avec l’ISF-PME, environ 40 000 personnes se posaient la question, tous les ans, de savoir dans quelles entreprises elles allaient investir. À la fin des fins, c’était un rendez-vous vertueux."

En attendant que Bpifrance Entreprises fasse des petits, la banque publique assurera, à son niveau, ce cercle positif : les 100 millions d’euros amassés cette année dans l’opération seront réinjectés directement dans les start-up, PME et ETI françaises.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition