Brest

Distribution

RSE

JKS réunit les acteurs Bretons pour fabriquer une poudre lavante à base de marc de café

Par Isabelle Jaffré, le 27 octobre 2023

Sébastien Kergoat, dirigeant de la TPE brestoise JKS, distributrice de machines à café dans les entreprises, souhaitait faire un pas de plus dans le domaine de la RSE. Pour aller plus loin que la fabrication de simples gobelets compostables, il a réuni plusieurs acteurs du territoire pour fabriquer une poudre lavante à base de marc de café.

Sébastien Kergoat, dirigeant de JKS a lancé une poudre lavante à base de marc de café.
Sébastien Kergoat, dirigeant de JKS a lancé une poudre lavante à base de marc de café. — Photo : Isabelle Jaffré

Distributeur de machines à café et fontaines à eau pour les entreprises, la société brestoise JKS (1 salarié, CA NC) est un des petits acteurs de ce marché. "Cela ne veut pas dire qu’on ne peut rien faire en RSE", insiste son dirigeant, Sébastien Kergoat. Pour répondre à la demande de ses clients en la matière, il a commencé à proposer des gobelets Home compost, sans colle, sans encre et fabriqués en France pour remplacer les gobelets en plastique. "Mais je voulais aller plus loin", explique le dirigeant, qui s’est donc mis à la recherche d’un projet à base de marc de café. "Chaque année, en France, la consommation de café génère 400 000 tonnes de déchets, rien qu’en marc de café et moins de 10 % sont recyclés", constate-t-il.

Réunir les bons acteurs

Le chef d’entreprise se met donc en quête d’une solution. "J’ai commencé par aller voir le Crous en 2021. Sur l’année, même impactée par le Covid, il avait 3 tonnes de marc de café", se souvient Sébastien Kergoat. Or, il y a plusieurs débouchés pour ce déchet, et notamment, de la poudre exfoliante moussante. "C’est ce produit qui m’a le plus intéressé. La plupart des produits que nous achetons contiennent des microplastiques. Or Ifremer dit que c’est une véritable bombe à retardement pour la biodiversité ! Il y a un véritable enjeu environnemental proposer une alternative", explique-t-il.

Le projet est cependant très lourd à mener et suppose alors de réunir de nombreux acteurs du territoire complémentaires. Ainsi, l’UBO, via l’Esiab, École Supérieure d’Ingénieurs en Agroalimentaire de Bretagne atlantique a fourni trois étudiants ingénieurs qui ont travaillé sur ce sujet. Le Crous fournit la ressource, le marc de café. Sébastien Kergoat a aussi fait appel à un Esat pour le conditionnement en carton et sans plastique du produit fini. Le laboratoire Labocea réalise les analyses, etc. "Pour la formulation et la fabrication, il nous fallait aussi un industriel. Je suis allé voir le spécialiste finistérien de la cosmétique Technature", ajoute Sébastien Kergoat.

C’est ainsi qu’est née la poudre exfoliante moussante au marc de café. "Contrairement à la plupart des savons du marché, elle ne contient aucun microplastique. Elle est complètement biodégradable et naturelle à 99,6 %. Les 0,4 % restant c’est du glucose de noix de coco", indique-t-il.

Cadeaux d’entreprise

Côté distribution, le dirigeant a aussi fait le choix de la proximité avec une vente en boutique chez Roi de Bretagne ou encore à Océanopolis. "Le prix préconisé est de 11,90 € TTC pour rester abordable." La prochaine étape est de proposer à des sociétés de proposer le flacon pour des cadeaux d’entreprises aux salariés et aux clients. "La difficulté est l’obligation de faire des séries d’au moins 5 000 unités pour respecter le processus de fabrication", note Sébastien Kergoat.

"Mon premier objectif était de trouver un débouché pour le marc de café qui soit écoresponsable, sans eau, sans plastique. Et nous avons toutes les ressources sur notre territoire. Il faut cependant mettre en relation les acteurs et prendre le temps de réaliser ce travail collaboratif, analyse le dirigeant. Ce projet, c’est de l’économie circulaire et une histoire de réseaux."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition