Saint-Brieuc

Énergie

Vent porteur pour le producteur d'énergies renouvelables IEL

Par Matthieu Leman, le 26 novembre 2021

IEL, le producteur d’énergie renouvelable et prestataire installateur de toits photovoltaïques pour bâtiments professionnels, a le vent en poupe. Il surfe notamment sur les réglementations de la transition énergétique et sur la prise de conscience collective. L’entreprise briochine recrute et agrandit ses locaux.

La centrale photovoltaïque de Bruz (35) a ouvert en octobre 2021.
La centrale photovoltaïque de Bruz (35) a ouvert en octobre 2021. — Photo : Matthieu Leman

En deux ans, IEL (22 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, 65 salariés) a plus que doublé son parc éolien en production, l’amenant à près de 120 mégawatts (MW) en exploitation, contre 50 MW en 2019, soit l’équivalent de la consommation électrique avec chauffage de 35 000 habitants. Une croissance qui permet à l’entreprise briochine de revendiquer le titre du plus gros acteur indépendant de l’énergie renouvelable en Bretagne. Pour accompagner cette croissance, qui se concrétise par une hausse de 10 à 15 % de son chiffre d’affaires chaque année, IEL a lancé une campagne de recrutement de douze salariés. "Nous recherchons des techniciens en électricité, en maintenance, des cadres chargés d’exploitation et des ingénieurs pour développer et dimensionner les projets", explique Loïc Picot, président d’IEL.

Plus d’1,6 million d’investissement

Cinq de ces postes sont basés dans la filiale de l’entreprise installée près de Nantes, à Pont-Saint-Martin, en Loire-Atlantique. IEL Études et Installations, spécialisé dans l’installation de toits solaires pour les bâtiments professionnels, va construire un nouveau local de 700 m² sur la zone de La Nivardière, où elle possède déjà un bâtiment de 400 m². Un investissement d’1,2 million d’euros pour une ouverture en fin d’année 2022. Parallèlement, le siège briochin sera agrandi de 70 m² et, surtout, totalement réaménagé pour accueillir les nouveaux salariés et optimiser le confort des postes de travail. Le coût de ces travaux, qui devraient se terminer avant l’été, se monte à 400 000 euros. L’entreprise née à Lannion en 2004 et installée à Saint-Brieuc depuis 2010 possède également une agence à Rennes.

L’activité d’IEL se décline en trois périmètres : la vente d’électricité (parcs éoliens et centrales solaires) pèse 50 %, la vente de toits solaires 40 % et la maintenance des parcs 10 %. "Nous développons des parcs éoliens et des centrales solaires comme peut le faire un promoteur immobilier : des études à l’exploitation, en passant par l’obtention du permis de construire, le financement et la construction", reprend le Costarmoricain. Cette activité de producteur d’électricité comporte une vingtaine de sites en exploitation, dont ceux de deux éoliennes à Ploumagoar et de trois éoliennes à Plestan, mises en exploitation récemment, ainsi que la plus grosse centrale photovoltaïque bretonne (15 MW) mise en service en octobre à Bruz, près de Rennes, en association avec le groupe de TP Marc SA (Pleurtuit). Cette activité bénéficie des mesures gouvernementales pour la transition énergétique et s’est trouvée boostée depuis un an par la flambée des prix de l’énergie.

Obligation d’aménagement des toits

C’est particulièrement le cas pour l’activité des toits solaires sur les bâtiments professionnels. "Depuis octobre 2018, les bâtiments de plus de 1 000 m² devaient être équipés d’un toit solaire ou végétalisé", souligne Sylvère Labrune, DG de la société. "Une nouvelle réglementation applicable au 1er janvier 2023 fera passer ce seuil à 500 m²." De quoi alimenter la croissance de cette activité qu’IEL développe depuis 2007 et qui compte 500 clients en contrats de maintenance. "De plus en plus, les professionnels choisissent de ne pas revendre l’électricité produite mais de la consommer. C’est la suite de l’histoire, en quatre mois, nous allons quintupler le nombre de projets en autoconsommation et il y en a plein les tuyaux", confie Sylvère Labrune. Autre grosse tendance : les parcs solaires construits pour des grands groupes comme Ikea ou la SNCF et les parkings munis d’ombrières solaires pour alimenter les voitures électriques.

"Ce qu’on avait imaginé il y a 20 ans se passe aujourd’hui", conclut Loïc Picot, qui a fondé IEL avec Roland Moalic, avec qui il partage la gouvernance de l’entreprise.

La centrale photovoltaïque de Bruz (35) a ouvert en octobre 2021.
La centrale photovoltaïque de Bruz (35) a ouvert en octobre 2021. — Photo : Matthieu Leman

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail