Côtes-d'Armor

Attractivité

Création d'EcoVital 22, un dispositif de soutien aux entreprises dans les Côtes-d'Armor

Par Julien Uguet, le 12 février 2021

L’Upia-Medef 22, l’UIMM 22 et la CCI Côtes-d’Armor lancent EcoVital 22, un dispositif qui vise à préserver et créer de l’emploi tout en développant les filières d’excellence dans le département.

L’Upia-Medef 22, l’UIMM 22 et la CCI Côtes-d’Armor lancent EcoVital 22, un dispositif partenarial qui vise à préserver et créer de l’emploi tout en développant les filières d’excellence dans le département.
L’Upia-Medef 22, l’UIMM 22 et la CCI Côtes-d’Armor lancent EcoVital 22, un dispositif partenarial qui vise à préserver et créer de l’emploi tout en développant les filières d’excellence dans le département. — Photo : @DR

Après plusieurs mois de réflexion, née au début de la crise sanitaire du printemps 2020, le dispositif EcoVital 22 est sur les rails. Imaginé par l’Upia-Medef 22, l’UIMM 22 et la CCI Côtes-d’Armor, le projet vise à préserver et créer de l’emploi tout en développant les filières d’excellence sur le territoire. Il s’articule autour de deux grands axes : les compétences humaines et l’attractivité. " Ses deux premiers objectifs sont de favoriser le développement d’activités endogènes afin de maintenir des compétences sur notre territoire et d’attirer de nouveaux projets d’implantation en renforçant notre attractivité, précise Thierry Troesch, président de la CCI Côtes-d’Armor. Le troisième enjeu est d’accompagner les entreprises qui ont des tensions de main-d’œuvre. "

Structurer des filières d’avenir

Dans un marché de l’emploi tendu, et dans un contexte où Paris et les grandes villes n’attirent plus autant les capitaux et les ressources humaines, le Côtes-d’Armor dispose désormais, avec EcoVital 22, d’une cellule d’accueil pour sourcer et accompagner les implantations d’entreprise. " L’idée est de soutenir l’essaimage, d’identifier les porteurs de projets à potentiel, d’apporter un appui à la structuration de nouvelles filières comme l’hydrogène ", précise Franck Perrin-Morel, président de l'Upia-Medf 22.

Face à la crise, le projet EcoVital 22 entend également accompagner les entreprises qui auront à se séparer de salariés par un reclassement au sein de consœurs en manque de main-d’œuvre. " Il faut maintenir nos compétences sur le territoire et attirer de nouveaux talents. "

Deux chargés de projet

Les deux chargés de projet dédiés à cette mission auront pour principales missions de développer le marketing territorial, le sourcing et l’accueil de nouvelles implantations, l’identification et la promotion de projets dormants ou de relocalisation et le maintien des compétences et savoir-faire sur notre territoire. Alexandra Léger a été nommée cheffe de projet " mission reconversion et reclassement des salariés " quand Fabrice Parmentier-Lesage sera davantage chargée de " mission attractivité et prospection. " Un budget de 400 000 euros est mobilisé sur 24 mois.

L’Upia-Medef 22, l’UIMM 22 et la CCI Côtes-d’Armor lancent EcoVital 22, un dispositif partenarial qui vise à préserver et créer de l’emploi tout en développant les filières d’excellence dans le département.
L’Upia-Medef 22, l’UIMM 22 et la CCI Côtes-d’Armor lancent EcoVital 22, un dispositif partenarial qui vise à préserver et créer de l’emploi tout en développant les filières d’excellence dans le département. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail