Gironde

International

Témoignage Pour Lectra, « une vraie guerre commerciale » est engagée avec les Etats-Unis

Par Anne Cesbron, le 03 octobre 2018

Pour Daniel Harari, PDG de Lectra, groupe présent à Cestas en Gironde spécialisé dans les logiciels et les machines de découpe de tissus, de cuir et de textiles pour les industries de l’automobile, de la mode et de l’ameublement (277 M€ de CA en 2017, 1 700 salariés), le président américain Donald Trump manie un discours populiste dans le cadre de son projet America First. Et l’Europe pourrait en sortir grande perdante.

Daniel Harari, président-directeur général de Lectra.
Daniel Harari, président-directeur général de Lectra. — Photo : DR

« Cela fait plusieurs mois que nous expliquons en quoi la situation peut être qualifiée de guerre commerciale, une vraie guerre qui a été déclenchée sans en mesurer les conséquences. Au mois de mars encore, certains de nos interlocuteurs semblaient surpris par notre diagnostic. Aujourd’hui ce qui m’étonne, c’est davantage le silence des médias et de nos hommes politiques sur le sujet, lequel n’a rien d’anecdotique.

Donald Trump applique la théorie des jeux, l’imprévisibilité en est une composante. Résultat, nous subissons un phénomène de fear factor, que nous avons déjà connu lors de la crise des subprimes, puis des révolutions tunisienne et égyptienne, que chacun voyait gagner le monde entier. Dans le doute, les investisseurs se retiennent.

Commandes divisées par deux

Cette absence de visibilité, cette peur de l’inconnu, entretenue par les déclarations contradictoires venues des Etats-Unis, est notre principal ennemi. Cet attentisme se traduit, à court terme, par un recul des commandes pour nous. En clair, même lorsque nos clients acceptent une proposition ou signent un bon de commande, l’acompte est bloqué par les instances supérieures, au niveau d’un directeur financier ou en conseil d’administration. Notre premier trimestre a été très impacté : -55% de commandes dans l’automobile. Les choses se sont ensuite calmées au deuxième trimestre.

« L’Europe ne semble pas sérieusement en capacité de réagir. »

La Chine dispose de deux armes qu’elle a déjà enclenchées : le boycott des produits américains, notamment des voitures, et la vente de pans entiers de son stock de dette américaine. L’Europe, quant à elle, ne semble pas sérieusement en capacité de réagir.

La position de Lectra ? Eh bien nous serrons les dents, il n’y a rien d’autre à faire que d’accepter le court terme, en se concentrant sur notre vision à moyen et long termes. »

Daniel Harari, président-directeur général de Lectra.
Daniel Harari, président-directeur général de Lectra. — Photo : DR

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture