Gironde

Piloter son entreprise

Point de vue Patron, option humaniste

Par Astrid Gouzik, le 19 avril 2018

L'entreprise libérée, réalité ou miroir aux alouettes ? Nous avons rencontré une entreprise qui a mis le concept d'Isaac Getz à l'épreuve du terrain. Michel Sarrat, le PDG de GT Location, nous a raconté son expérience. 

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

L’entreprise libérée ! Graal du néo-management. Le concept, popularisé en France par l’ouvrage d’Isaac Getz « Liberté & Cie » a fait des émules. A tel point que l’auteur lui-même a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude de voir proliférer des initiatives plus ou moins maîtrisées. Ce nouveau modèle prône une organisation dans laquelle les salariés prennent des initiatives individuelles plutôt des directives imposées. Le système hiérarchique pyramidal laissant place à une structure plate dans laquelle les collaborateurs sont autonomes. Le tout enrobé d’une bonne dose de confiance et orchestré par un « leader libérateur ». Dans le lot de ces nouvelles « entreprises libérées », un bon paquet de postures de communication. Un simple « storytelling » pour amuser les journalistes.

C’est donc sceptique que je suis allée à la rencontre du patron de GT Location, entreprise girondine bien connue qui, depuis 2012, œuvre sans relâche pour mettre en place une nouvelle organisation du travail. Au fil de l’heure et demi qu’a duré l’entretien, Michel Sarrat n’a parlé de lui qu’à deux reprises, quelques minutes à peine. Pour m’exposer les raisons pour lesquelles il avait entrepris un long travail sur lui-même. Et m’expliquer qu’après une « annus horribilis » durant laquelle plusieurs de ses collaborateurs ont connu de graves problèmes de santé, il a éprouvé le besoin d’être suivi par un psychologue. Il en existe peu des patrons qui l’avoueront sans détour. Le reste du temps, Michel Sarrat m’a parlé de Vincent, Richard, Yannick et tous les autres… qu’ils soient directeurs de filiale ou chauffeurs routiers, usant du « nous » bien plus que du « je ». Une démonstration que le collectif a pris le pas sur l’individuel chez GT Location. Il m’a énuméré les réussites de leur formule sans cacher les doutes, la fatigue et les échecs auxquels ils sont parfois confrontés. Et il faut bien l’avouer, il est venu à bout de mon scepticisme.

Ce billet a été publié dans le Journal des Entreprises n°370, daté d'avril 2018, édition Bordeaux

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises