Gironde

Textile

Coronavirus : Plume, du chausson pour enfants aux masques grand public

Par Yoan Denéchau, le 12 mai 2020

La société girondine Plume, basée à Abzac, est fabricant de chaussures et chaussons en cuir. Peu impactée par la crise du Covid-19, la PME a poursuivi son activité, avant d'être sollicitée pour fabriquer des masques dit grand public pour les habitants du Libournais.

Les masques fabriqués par les Établissements Plume répondent au normes Afnor et sont fabriqués à partir de produits locaux.
Les masques fabriqués par les Établissements Plume répondent au normes Afnor et sont fabriqués à partir de produits locaux. — Photo : Yoan Denéchau

Confectionner des masques pour tous les habitants de son intercommunalité en étant fabricant de chaussures en cuir peut sembler étrange. C’est le défi qu’a relevé la société Plume (6 salariés, 1,2 M€ de CA), à Abzac, dans le Libournais. En effet, l’entreprise a été contactée par la communauté d’agglomération du Libournais (Cali) à la mi-avril pour équiper les 95 000 résidents du territoire en masques dits « grand public », selon le modèle de l’Agence française de normalisation (Afnor). La livraison de la commande de 100 000 masques aux habitants de la Cali a débuté dès le 4 mai et s’achève durant la semaine du 15 mai.

« Nous avons loué des machines et recruté 20 personnes »

Quelques jours après le début du confinement, Vincent Carnis, directeur des Établissements Plume, est sollicité par deux industriels de la filière agroalimentaire, en Dordogne. « Nous avons été contactés au moment où on commençait à entendre parler du manque de masques, précise le chef d’entreprise. Les industriels qui m’ont approché avaient besoin d’aide pour pouvoir équiper leurs salariés en protections sanitaires ». Pour ce faire, les Établissements Plume ont adapté deux de leurs machines au travail du tissu et ont ainsi pu commencer à fabriquer des masques pour les industriels de Dordogne. « La Cali en a entendu parler et nous a proposé d’équiper tous les habitants du territoire en masques en tissu. Passer de quelques centaines à cent mille masques, ce n’est pas le même braquet », sourit Vincent Carnis.

Le chef d’entreprise a dû louer treize machines supplémentaires pour satisfaire la commande du Libournais. « Avec les machines, nous avons dû complètement réaménager nos locaux et penser « gestes barrière », raconte Vincent Carnis. Nous avons fait appel à Pôle emploi pour recruter vingt personnes en CDD pour travailler sur la production des 100 000 masques ». Le matériel loué et le personnel supplémentaire permettent à Plume d’avoir une cadence de 4 000 à 5 000 masques fabriqués par jour. Le chef d’entreprise est fier d’avoir pu mettre en place une telle structure, respectant les normes sanitaires et sécuritaires, en peu de temps, pour répondre à une demande exceptionnelle. « Je n’ai pas oublié mon métier de base, admet Vincent Carnis. Nous allons continuer à développer l’entreprise et Patt’touch, notre gamme de chaussons en cuir ». Le chef d’entreprise se dit prêt à maintenir un atelier de production « pour des entreprises ou institutions à la recherche de masques de qualité et fabriqués localement ».

Les masques fabriqués par les Établissements Plume répondent au normes Afnor et sont fabriqués à partir de produits locaux.
Les masques fabriqués par les Établissements Plume répondent au normes Afnor et sont fabriqués à partir de produits locaux. — Photo : Yoan Denéchau

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail