Gironde

Télécoms

Comment Soditel a grandi grâce au lean management

Par Mallory Lalanne, le 04 novembre 2019

Grégory Verdon, dirigeant de l’entreprise Soditel, met depuis six ans le lean management, l’amélioration continue et la résolution des problèmes par les salariés au cœur de sa stratégie. Une démarche qui se traduit dans les résultats de la société. 

Grégory Verdon, dirigeant de Soditel
Grégory Verdon, dirigeant de Soditel, s'est lancé dans une démarche d'amélioration continue. — Photo : ML

Grégory Verdon, dirigeant de la société Soditel, spécialisée dans les installations électriques et la domotique, passe le plus clair de son temps sur le terrain auprès des salariés. Lorsqu’il rejoint les locaux de son entreprise implantée à Pessac (Gironde), il tient à laisser la porte de son bureau presque toujours ouverte. Adepte du lean management, ce dirigeant de 44 ans prône, depuis six ans, l’amélioration constante de ses produits et de ses processus, ainsi que la résolution des problèmes par les salariés.

Les idées des salariés adoptées par Soditel

« Nous sommes dans une logique collective d’amélioration continue. Il ne s’agit pas seulement d’écouter les collaborateurs, mais de les laisser agir eux-mêmes et d’accueillir les problèmes avec bienveillance. Ils doivent pouvoir se livrer en totale confiance, et ne pas être sanctionnés ou culpabilisés en cas d’erreur », confie Grégory Verdon, également coprésident du Centre des jeunes dirigeants (CJD) de Bordeaux.

L’objectif est triple : fédérer ses salariés, satisfaire ses clients et garder une longueur d’avance sur ses concurrents. Une fois par semaine, les six managers intermédiaires se retrouvent et portent avec leurs équipes un sujet d’amélioration qui provient d’une problématique opérationnelle. De nombreux sujets liés à la trésorerie, à la logistique, à la préparation des casiers des techniciens ou au recrutement sont balayés lors de ces réunions…

Parmi les idées qui ont émergé et ont été adoptées par l’entreprise : la création d’un service de visio-diagnostic, qui permet à un client de montrer avec son téléphone le problème rencontré et donc d’aider le technicien à établir plus rapidement un diagnostic. Ou encore la mise en place de la cooptation, pour permettre à la PME de recruter rapidement ses salariés.

Le bien-être au travail en compensation

« Cette démarche et cette expérimentation de solutions demandent un effort aux salariés. Le bien-être au travail ne doit pas être oublié », reconnaît le dirigeant. L’entreprise amène donc le plus possible de sérénité aux salariés, des espaces de discussion et plusieurs sas de décompression.

Entre midi et 14 heures, ou après 18 heures, les salariés peuvent profiter d’une salle de sport, avec la présence d’un coach sportif deux fois par semaine, ou de massages une fois par semaine. Ils consacrent également une partie de leur temps de leur pause à cultiver une ruche et un potager collectif.

Une croissance à deux chiffres pour Soditel

Une méthode de management qui semble efficace sur le long terme. Lorsqu’il a repris la société, au décès de son père en 1998, Soditel pesait 500 000 euros et comptait 5 salariés. Aujourd’hui, elle réalise plus de 5 millions de chiffre d'affaires et rassemble 50 personnes.

Très reconnue auprès des promoteurs immobiliers, des syndicats de copropriété et des bailleurs sociaux, la PME prévoit de prendre plus d’envergure sur le marché du tertiaire et d’adresser les bureaux, hôtels et les hôpitaux du Grand Sud-Ouest. D’ici à 2020, Soditel veut recruter 10 salariés de plus et atteindre 6 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Grégory Verdon, dirigeant de Soditel
Grégory Verdon, dirigeant de Soditel, s'est lancé dans une démarche d'amélioration continue. — Photo : ML

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.