Production et distribution d'énergie

Investissement

Un barrage hydroélectrique à 330 millions d’euros en projet sur le Rhône

Par Déborah Berthier, le 30 novembre 2023

La Compagnie nationale du Rhône prévoit d’investir 330 millions d’euros dans la construction d’un nouveau barrage hydroélectrique sur le Rhône, entre l’Ain et l’Isère. Objectif : mise en service en 2033. La concertation préalable sur le projet est lancée début décembre.

Le projet Rhônergia pourrait entrer en service en 2033.
Le projet Rhônergia pourrait entrer en service en 2033. — Photo : CNR

Il s’agit de l’ultime projet de barrage sur le Rhône. "Ce sera le dernier projet de cette ampleur envisageable en France", ajoute même Laurence Borie-Bancel, la présidente de la Compagnie nationale du Rhône (CNR), qui lance, ce 1er décembre 2023, conjointement avec l’État, RTE et la Commission nationale du débat public (CNDP), une concertation préalable de trois mois sur ce projet, déjà controversé.

Un investissement de 330 millions d’euros

Le projet en question, baptisé Rhônergia, est un barrage-centrale hydroélectrique d’une puissance de 40 mégawatts (MW) sur le Rhône, entre les communes de Loyettes (Ain) et de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère). Un ouvrage qui devrait permettre de fournir l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 60 000 habitants (140 Gwh/an). L’implantation de l’usine de production d’électricité et du barrage étant prévue côté Ain.

L’étude de ce projet se fait à la demande de l’État, qui l’a inscrit dans le cahier des charges de la CNR, en février 2022, au moment du renouvellement de sa concession sur le Rhône jusqu’en 2041, dans le cadre de la loi Aménagement du Rhône. À l’issue de cette concertation préalable, l’État rendra sa décision sur sa volonté de poursuivre les études (étude d’impact, enquête publique) mi-2024. "L’objectif est de démarrer les travaux en 2029, pour une date de mise en service estimée à 2033", explique Olivier Le Berre, directeur du projet Rhônergia à la CNR.

22 kilomètres d’aménagement le long du Rhône

Pour ce projet, la Compagnie nationale du Rhône, qui exploite d’ores et déjà 19 centrales sur le Rhône, prévoit d’investir 330 millions d’euros. Dans le détail, ce barrage qui s’élèvera sur 12 mètres, prévoit une basse chute de 6,8 mètres et une retenue de 22 kilomètres de long, permettant de ralentir le débit du fleuve sans stocker l’eau.

" Ce projet, qui est complémentaire au développement de nouveaux parcs éoliens et photovoltaïques que nous menons, nous apparaît particulièrement pertinent afin de fournir l’électricité nécessaire au moment des pics de consommation ", indique Laurence Borie-Bancel. À noter qu’à l’horizon 2050, RTE prévoit une hausse de 30 % de la consommation d’énergie en France.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition