Lyon

Transport

L’Ovni Ubitransport prêt à décoller

Par Audrey Henrion, le 23 septembre 2019

Il s'agit de la plus importante levée de fonds à Lyon ces dernières années. La start-up Ubitransport, qui fluidifie et optimise les réseaux de transports urbains (55 salariés), a levé 45 millions d'euros auprès d'Essling Capital. Récit de la trajectoire hyperbolique de cette entreprise fondée par Jean-Paul Medioni il y a 7 ans. 

L'équipe d'Ubitransport, 55 salariés répartis entre Mâcon (40), Lyon (7) et Sophia-Antipolis. Avec la levée de fonds, c'est l'équipe lyonnaise, installée dans H7, qui pourrait fortement s'étoffer.
L'équipe d'Ubitransport, 55 salariés répartis entre Mâcon (40), Lyon (7) et Sophia-Antipolis. Avec la levée de fonds, c'est l'équipe lyonnaise, installée dans H7, qui pourrait fortement s'étoffer. — Photo : Welcome to the jungle

Créée à Mâcon en 2012 par Jean-Paul Medioni, Ubitransport, installée depuis le printemps dernier dans les locaux de H7 à Lyon vient de réaliser une levée de fonds XXL. Au total, 45 millions d’euros via le fonds Small & Lower-Mid Cap d’Essling Capital. « Ce nouvel actionnaire nous donne des ailes. Et leur entrée au capital n’entravera pas la liberté d’actions du management actuel » se réjouit son fondateur et dirigeant, Jean-Paul Medioni. L’homme, ingénieur des systèmes électroniques a mis au point, en 2012, une solution 100 % cloud permettent de fluidifier, sécuriser et optimiser les réseaux de transport. « Je voyais passer, autour de Mâcon, un car scolaire vide tous les jours à l’heure du déjeuner. Quand j’ai compris que le chauffeur circulait sans que son employeur ne se préoccupe de son taux de remplissage, j’ai réfléchi à une solution simple » rapporte-t-il. Il présente son idée à un élu de Saône-et-Loire « si vous y allez je vous suis », lui a-t-il dit. Ainsi est née la première application, baptisée [2School]. « On a fait le tour de la Ville. Puis nous avons équipé des territoires qui n’ont pas de grands moyens, Saint-Claude, Saint-Omer, des communes qui fédèrent des petites villes, des petits villages. Maintenant, on a l'ambition de faire le tour du monde».
La première année, la start-up enregistre 40 000 euros de chiffre d’affaires. Suivent des signatures avec des régions : Sud, Val de Loire et Bourgogne Franche-Comté se sont équipés y compris pour des réseaux commerciaux. Et Ubitransport enregistre un carnet de commandes à 500 K€ en 2014, 10 millions en 2018 et probablement le double en 2019…
Une croissance hyperbolique et 100 % organique. Portée désormais par le déploiement – sur fonds propres — de nouvelles offres : [2Place] pour les déplacements interurbains, urbains et péri-urbains et [2Tad] pour le transport à la demande. « On fait simple, du cloud et un smartphone suffisent pour déployer notre technologie qui se veut agile » souligne le fondateur.
Sept ans après sa création, l’entreprise équipe 120 réseaux urbains et interurbains tels que Trandev, Keolis, Berthelet, ou la RAPT. Et 70 % des entreprises du transport scolaire.

La levée de fonds, avec le soutien bancaire de Crédit Agricole Sud-Est doit permettre d’accélérer en implantant la solution à l’international, avec des pistes très avancées au Québec et Canada. Il vise aussi de nombreuses acquisitions, soit à l’étranger pour s’implanter plus vite, soit en France pour doper les questions d’innovations et garder son avance technologique. L’enjeu immédiat pour Jean-Paul Medioni : recruter quelque 50 personnes, des « middle managers », à Lyon mais aussi à Mâcon et Sophie-Antipolis, où sont implantés deux bureaux. « On structure la société du sol au plafond, ensuite nous recruterons plus massivement, 150 voire 200 salariés, quand les fondations seront posées », prophétise Jean-Paul Medioni.

L'équipe d'Ubitransport, 55 salariés répartis entre Mâcon (40), Lyon (7) et Sophia-Antipolis. Avec la levée de fonds, c'est l'équipe lyonnaise, installée dans H7, qui pourrait fortement s'étoffer.
L'équipe d'Ubitransport, 55 salariés répartis entre Mâcon (40), Lyon (7) et Sophia-Antipolis. Avec la levée de fonds, c'est l'équipe lyonnaise, installée dans H7, qui pourrait fortement s'étoffer. — Photo : Welcome to the jungle

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail