Services

Isère : Mare Nostrum mise sur la RSE pour se développer

Par Marie Lyan, le 20 novembre 2015

Après avoir enregistré un chiffre d'affaires de 84 M€ en 2014 (contre 55 M€ en 2013), le groupe de recrutement et de travail temporaire Mare Nostrum a mis en place une politique de RSE qui l'amène à ouvrir ses horizons en se diversifiant.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La RSE, ce n'est pas un simple credo pour le groupe Mare Nostrum. « Elle s'intègre dans notre ADN d'entrepreneur. C'est aussi un vecteur de bon sens, amené à se structurer grâce à l'existence de normes et des labels », estime le dirigeant de Mare Nostrum, Nicolas Cuynat. 
Lancée lors du dernier séminaire annuel de l'entreprise à Chamonix en avril dernier, la politique RSE du groupe vise à sensibiliser les salariés sur des thèmes variés : management des seniors, discrimination à l'embauche, développement durable, sécurité au travail, pénibilité... Chaque mois, un thème est mis en lumière à travers différentes activités. « Cela passe par l'organisation d'une formation sur le secourisme au travail, d'un forum sécurité sur les métiers à risques, ou encore d'ateliers d'éco conduite en partenariat avec le concessionnaire Toyota », explique le dirigeant de Mare Nostrum, Nicolas Cuynat. Mais aussi par des actions plus symboliques : « Nous avons remis à chacun des employés une montre aux couleurs du groupe pour qu'ils soient à l'heure de la RSE, tandis que nous avons pu nous rendre directement sur le Glacier du Mont-Blanc avec des guides de montagne pour prendre conscience de l'impact de la fonte des glaces. Cela a eu l'avantage d'être très concret et palpable », ajoute-t-il.

Les clients impliqués
Les clients et les prestataires seront eux aussi visés par cette démarche : « Nous voulons en profiter pour les inviter à assister à notre forum sur la sécurité ou à des petits déjeuners sur les aspects juridiques de la RSE », glisse-t-il. Si Nicolas Cuynat affirme que le budget attribué à la RSE est réparti au sein des activités de plusieurs services, il estime que cela représente déjà les 2/3 du budget de communication 2015 (montant : NC). En parallèle, Mare Nostrum s'est engagée dans une démarche de dématérialisation de ses documents depuis décembre 2014, en faisant appel à un fournisseur externe pour développer une plateforme internet de stockage (montant : NC) offrant un espace sécurisé à ses clients. « Cette question était un défi pour une entreprise de recrutement comme la nôtre, qui fonctionne avec beaucoup de contrats de travail et d'attestations employeurs », explique-t-il.

De nouvelles perspectives
Les préoccupations liées à la RSE ont aussi ouvert de nouvelles perspectives d'affaires : « La RSE couvre tellement de domaines, qu'on y est confrontés au quotidien », annonce Nicolas Cuynat. A tel point que cela a amené le groupe à reprendre en mai 2013 une entreprise de toilettes sèches, Ecosph'R (anciennement Elisette ; 2 salariés). Une acquisition qui lui a permis de développer un axe complémentaire et stratégique : « Il s'agit aujourd'hui d'un produit phare de notre offre, qui nous permet d'aborder les chantiers avec une offre en environnement, voire même en insertion, puisqu'on a la capacité de fabriquer ces cabines et de les installer avec des personnes en insertion », explique-t-il. 
Avec 170 salariés (contre 135 l'an dernier) et près de 20 employés en Rhône-Alpes, Mare Nostrum compte bien diversifier son offre : en renforçant sa présence au cours des derniers mois sur des territoires clés comme le Sud-ouest, avec l'ouverture d'agences à Bayonne, Bordeaux, Pau, Tarbes, Toulouse, Perpignan et Montpellier, elle est en train d'amorcer un virage pour couvrir d'autres secteurs que le BTP, tels que l'industrie (aéronautique, agroalimentaire...). « Après des ouvertures en cours à Clermont Ferrand, et à Nantes, on va s'attaquer à l'Ile-de-France avec Paris en 2016 », précise Nicolas Cuynat. L
'objectif ? Atteindre le cap des 100 M€ d'ici fin 2016, avec une demi douzaine d'ouvertures de bureaux à travers l'Hexagone. « Nous étudions aussi l'implantation dans des pays étrangers en Europe et Afrique », glisse-t-il. Si son siège social devrait demeurer à Grenoble, un déménagement est envisagé sur l'agglomération car les locaux de 400 m² sont devenus aujourd'hui trop petits.

Mare Nostrum
(Grenoble) 
Dirigeant : Nicolas Cuynat 
170 salariés 
CA 2014 : 84 M€ 
www.mare-nostrum.eu/

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition