Isère

Industrie

Batteries électriques : Verkor veut créer une gigafactory de 2 000 salariés

Par Audrey Henrion, le 05 août 2020

Verkor annonce vouloir construire en Europe une usine de production de batteries électriques. Soutenu par l'accélérateur EIT InnoEnergy, mais aussi Schneider Electric et le groupe Idec, le projet pourrait générer 2 000 emplois. En France ou ailleurs en Europe. 

Vue d'artiste de la Gigafactory
L'usine de Verkor pourrait voir le jour en France, mais aussi en Espagne ou en Italie. — Photo : © Verkor

Basée en Isère, la start-up Verkor, née au cœur de l’été, veut construire d’ici à 2023 une « gigafactory » pour produire des batteries pour les véhicules électriques. Devant s’étendre sur un site de deux cents hectares, l’usine pourrait employer 2 000 salariés. Elle sera dotée d’une capacité de production comprise entre 16 à 50 GWh, sachant qu’une usine de 8 GWh permet d’alimenter 150 000 véhicules. Pour construire cette immense usine, sept sites sont actuellement à l’étude. Ils se situent en France, mais aussi en Espagne et en Italie.

La création de cette usine de batteries nécessite un investissement estimé 1,6 milliard d’euros que Verkor compte réunir auprès d’un pool d’investisseurs publics et privés, avec le soutien de l’Alliance Européenne des batteries.

Les soutiens d’InnoEnergy, de Schneider Electric et d’Idec France

À la tête de ce projet, Benoit Lemaignan, cofondateur et ancien directeur financier de Waga Energy, qui est aujourd’hui président du directoire de Verkor. L’ingénieur avait rejoint l’accélérateur hollandais spécialiste des énergies renouvelables InnoEnergy (275 M€ investis dans 480 projets, 330 start-up accélérées) pour étudier la possibilité de lancer ce projet et accompagner la filière industrielle des batteries en France. À l’issue de ce travail, InnoEnergy a décidé de porter l’initiative en s’appuyant sur l’équipe constituée.

Parmi les actionnaires qui ont rejoint l’aventure, Idec France, spécialiste de la recherche foncière, et Schneider Electric, pour l’approvisionnement et l’expertise opérationnelle. « Nous allons remplacer l’industrie du pétrole par l’industrie du renouvelable et du stockage », promet Benoit Lemaignan, qui recrutera d’ici fin 2020 une vingtaine d’experts dans le domaine des batteries. Enjeux : avancer sur les choix de positionnement technologiques.

Benoit Lemaignan
Benoit Lemaignan - Photo : © Verkor

Côté calendrier, le démarrage opérationnel de l’usine est calé sur 2023. « Compte tenu des perspectives de marché les choses vont beaucoup s’accélérer en Europe », prophétise le dirigeant. « La localisation du site en France ou dans le sud-ouest de l’Europe permettra d’offrir des batteries avec une empreinte carbone près de quatre fois inférieure à celles produites en Chine ». Il devra satisfaire aux contraintes et enjeux logistiques, avec des dessertes en termes d’énergie mais aussi en termes d’emplois et de compétences. « Et surtout être en cohérence avec les logiques industrielles des futurs clients, constructeurs automobiles », insiste le dirigeant. Un premier site pilote devrait être installé d’ici fin 2021.

L’explosion des ventes de voitures électriques

Alors que les batteries des voitures électriques sont aujourd’hui essentiellement fabriquées en Asie, les industriels européens, soutenus par les pouvoirs publics, sont en train de sonner le réveil du Vieux continent. Il faut dire qu’un nouveau marché arrive à grands pas. Selon l’association des constructeurs automobiles européens, les immatriculations de voitures électriques ont progressé de 58 % en 2019 en Europe. Au premier trimestre 2020, la voiture électrique pèse désormais 4,3 % des ventes européennes.

Un autre projet d’usine porté par Total et PSA

Verkor est la deuxième entreprise française à se positionner sur le marché de la fabrication à grande échelle de batteries de véhicules électriques. En janvier dernier, Total et PSA dévoilaient leurs projets. La mise en place d’une ligne de production pilote en Charente, près d’Angoulême, devrait déboucher sur la création d’une usine de 2 000 salariés située dans le Pas-de-Calais.

Vue d'artiste de la Gigafactory
L'usine de Verkor pourrait voir le jour en France, mais aussi en Espagne ou en Italie. — Photo : © Verkor

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail