Metex obtient son placement en redressement judiciaire avant une inévitable liquidation
# Chimie # Fusion-acquisition

Metex obtient son placement en redressement judiciaire avant une inévitable liquidation

S'abonner

La société de biochimie clermontoise Metabolic Explorer (Metex) vient d’obtenir la conversion de sa procédure de sauvegarde en procédure de redressement judiciaire. Une manière de permettre au tribunal de commerce d’étudier d’éventuelles offres de reprise des actifs du groupe avant une liquidation de l’ensemble des sociétés.

L’usine de Metex Noovista à Saint-Avold ne fait pas partie du périmètre de reprise envisagée par le groupe Avril — Photo : Lucas Valdenaire

Spécialiste de la fermentation industrielle permettant la fabrication d’ingrédients d’origine naturelle pour la nutrition animale, la cosmétique et les biopolymères, Metabolic Explorer (Metex) a obtenu du tribunal de commerce de Paris, la conversion de sa procédure de sauvegarde, ouverte le 25 mars 2024, en procédure de redressement judiciaire.

"Cette conversion doit permettre l’examen par le tribunal d’offres éventuelles de reprise des actifs de Metabolic Explorer en plan de cession, en particulier l’offre d’Avril portant notamment sur une partie des activités commerciales et de R & D de Metabolic Explorer en sus des activités de Metex Noovistago (usine d’Amiens, NDLR)", précise un communiqué.

Avril toujours sur les rangs

Début juin, le groupe alimentaire Avril avait manifesté son intérêt pour la reprise de l’usine d’Amiens de Metex, la seule en Europe à produire de la lysine, un acide aminé utilisé pour la croissance musculaire d’animaux d’élevage.

Associé au fonds d’investissement Société de projets industriels (SPI), géré par Bpifrance, le groupe agro-industriel parisien (ex-Sofiprotéol) se proposait aussi de reprendre une partie des activités R & D indispensables à l’exploitation de l’usine d’Amiens (dont certaines situées à Saint-Beauzire dans le Puy-de-Dôme), ainsi que les activités commerciales à Paris. Un plan de reprise qui permettrait de sauver 304 emplois dont ceux des 280 salariés de l’usine d’Amiens.

Une liquidation inévitable

Dans son communiqué, la direction de Metex explique que "compte tenu du montant des passifs du groupe, les produits de cession des activités des trois sociétés du groupe ne permettront pas de versement à l’actionnaire de Metex Noovistago et Metex Noovista, et plus généralement, à ceux de Metabolic Explorer", précisant que "chacune de ces personnes morales devrait, in fine, être liquidée judiciairement".

En mars dernier, Metex avait expliqué être victime "depuis plusieurs mois d’un environnement économique hostile lié à une très forte hausse des coûts de production causée par l’envol des prix des matières premières, le sucre étant la principale d’entre elles". La biotech clermontoise dénonçait aussi un "dumping des producteurs chinois de lysine" qui tirent les prix vers le bas et empêche le groupe de répercuter ses propres coûts de production à ses clients.

La date de limite de dépôt des offres a été fixée par le tribunal de commerce de Paris au 19 juin midi. La suspension de cotation de l’action de Metex (coté en Bourse depuis 2027) "est maintenue", conclut le communiqué.

Puy-de-Dôme Hauts-de-France # Chimie # Industrie # Fusion-acquisition # Procédure collective # Biotech # Reprise