Nord
L’expert du recyclage Nord Pal Plast envisage d’investir plus de 50 millions d’euros
Nord # Industrie # Investissement industriel

L’expert du recyclage Nord Pal Plast envisage d’investir plus de 50 millions d’euros

S'abonner

Le site de recyclage de bouteilles plastiques Nord Pal Plast de Lesquin (Nord) a connu une hausse importante de son activité, après des investissements conséquents, portant notamment sur l’intégration de l’intelligence artificielle à la chaîne de tri. Le site, qui a vu sa capacité de traitement multipliée par 10 ces dernières années, devrait doubler de taille d’ici cinq ans.

Le site de Nord Pal Plast à Lesquin (Nord) peut traiter 40 000 tonnes de bouteilles plastiques à l’année. Sa capacité pourrait plus que doubler d’ici 5 ans — Photo : Jeanne Magnien

Reprise en 2019 par le groupe italien Dentis, l’usine Nord Pal Plast (40 salariés, 22 M€ de CA), spécialiste du recyclage de bouteilles en PET située à Lesquin (Nord), a été l’objet de lourds investissements ces dernières années. Entre 2020 et 2022, 18 millions d’euros ont été injectés sur le site, pour l’ajout d’une nouvelle ligne de production, et l’implantation de l’intelligence artificielle sur les lignes de tri.

Ces investissements ont permis de multiplier par dix la capacité de traitement du site, passée de 4 000 à 40 000 tonnes par an. Et Dentis, qui compte un site en Italie et un autre en Espagne, a encore des ambitions pour son usine française.

"L’objectif du groupe est de continuer à investir en France, pour arriver à une capacité de 100 000 tonnes, équivalente à celle de ses autres sites. Cela va passer par des investissements assez lourds, entre 50 et 80 millions d’euros, pour doubler les installations existantes. Il faudra sans doute un second site pour accueillir certaines lignes, dont peut-être, une unité de granulation, une activité nouvelle pour nous. Tout cela est encore en réflexion, car il faudra bien entendu, sécuriser des flux entrants et des débouchés", décrit Vincent Demaret, le directeur de l’usine Nord Pal Plast.

Trouver des débouchés

Sécuriser des débouchés pour leurs paillettes de PET recyclé, c’est le nerf de la guerre pour les acteurs du secteur, dont l’activité est actuellement très fluctuante. Si la matière première disponible ne manque pas, puisque la consommation de plastique augmente et que le tri des déchets, globalement, s’améliore, les débouchés sont eux, encore assez fragiles.

Dans leur majorité, les paillettes de PET produites par Nord Pal Plast sont utilisées pour refaire des bouteilles à usage alimentaire. Elles doivent alors être triées par couleur, selon les destinataires : transparentes, bleues ou vertes. Les couleurs restantes, mélangées, sont souvent vendues à l’industrie textile.

L’IA accélère et affine le tri

"Notre objectif est de pouvoir envoyer la plus grande part possible de notre production dans le circuit agro-alimentaire, pour refaire des bouteilles. Cela nous impose un degré de pureté très élevé, proche des 100 %. Si la matière que nous proposons contient trop d’indésirables, du PVC provenant des étiquettes, ou du PE provenant des bouchons par exemple, elle n’aura pas les bonnes propriétés mécaniques. Cela donne des bouteilles avec des défauts, inutilisables", précise Vincent Demaret.

Pour être intéressant, le PET recyclé, dont les cours à la tonne tutoient voire dépassent souvent ceux de la matière neuve, se doit donc d’être irréprochable d’un point de vue qualitatif. Par conséquent, c’est sur le tri que portent tous les efforts, pour arriver à un niveau maximal de pureté de PET ou de PE dans les paillettes recyclées. D’où le recours à l’intelligence artificielle, qui, mobilisée au travers de différentes technologies, accélère et affine le tri sur les lignes, pour obtenir un produit fini le plus pur possible.

Une réglementation porteuse

Chez Nord Pal Plast, ce sont les solutions du norvégien Tomra (5 000 salariés, 1,2 Md€ de CA) qui sont mises en œuvre. Les capteurs optiques, infrarouges ou laser installés sur les lignes lui ont permis de diviser par trois la quantité de particules indésirables dans son PET recyclé, et de diviser par deux son taux de refus, qui descend à 1,44 % pour le PET.

L’usine est donc bien préparée pour faire face à la révolution qui se profile sur son marché : l’obligation faite par l’Union Europe aux fabricants de bouteilles de recourir à du plastique recyclé. Elles devront en contenir 25 % au minimum en 2025, et 30 % en 2030. De quoi assurer un bel avenir aux paillettes, et demain, aux granulés, de Nord Pal Plast.

Nord # Industrie # Gestion des déchets # Investissement industriel # RSE
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise NORD PAL PLAST