Saint-Nazaire
Le parc éolien en mer de Saint-Nazaire mis officiellement en service
Saint-Nazaire # Industrie # Réseaux d'accompagnement

Le parc éolien en mer de Saint-Nazaire mis officiellement en service

S'abonner

Après sept ans d’études et trois ans de chantier, le premier parc éolien en mer français est officiellement mis en service au large de Saint-Nazaire. D'un coût de 2 milliards d’euros, il mobilise 100 salariés pour son exploitation et sa maintenance.

Parc éolien offshore de Saint-Nazaire — Photo : David Pouilloux

Cette fois, ça y est. Le parc éolien en mer de Saint-Nazaire est officiellement inauguré. Quelques semaines après la visite du président de la République Emmanuel Macron, qui a fixé le cap de 50 parcs éoliens marins d’ici à 2050, EDF Renouvelables et EIH SARL (détenue par Enbridge Inc. et CPP Investments) ont annoncé le 23 novembre 2022 la mise en service complète du parc éolien en mer de Saint-Nazaire.

Situées entre 12 et 20 km des côtes, les 80 éoliennes du parc produisent désormais l’équivalent de 20 % de la consommation annuelle d’électricité de la Loire-Atlantique. État, collectivités, entreprises, associations professionnelles et environnementales étaient donc au rendez-vous pour célébrer la mise en route complète du premier par éolien en mer de l’hexagone.

100 personnes pour assurer l’exploitation et la maintenance

La production de ces premiers mégawattheures (MWh) avait débuté en juin 2022. Ensuite, le parc éolien en mer de Saint-Nazaire a progressivement connecté ses 80 éoliennes (480 mégawatts) au réseau national de transport d’électricité. Durant trois ans, les équipes de construction ont été mobilisées à terre comme en mer pour que le parc soit aujourd’hui en mesure d’alimenter en électricité l’équivalent de la consommation annuelle de 700 000 personnes. Dans son communiqué, EDF Renouvelables précise que "désormais, et pour les 25 années à venir, une centaine de personnes assurent l’exploitation et la maintenance du parc depuis la base de maintenance de La Turballe : responsables d’exploitation, techniciens de maintenance et techniciens logistique offshore, chefs de pont, inspecteurs qualité, chargés de conduite ainsi que les fonctions administratives."

Nouveau souffle industriel français

Lancée en 2019, la construction du parc éolien en mer de Saint-Nazaire a contribué de façon significative à l’émergence d’une nouvelle filière industrielle en France, en particulier en Pays de la Loire. Région où un second parc - celui d’Yeu-Noirmoutier - est sur de bons rails, et un troisième envisagé par la présidente de Région Christelle Morançais. Les contrats passés ont permis aux entreprises françaises de monter en compétence pour gagner en compétitivité et ainsi conquérir des marchés à l’export.

Selon EDF Renouvelables, "pendant les trois années de chantier, 2 300 personnes ont été mobilisées en moyenne en France, dont 1 200 en Pays de la Loire. Les 80 nacelles, qui génèrent l’électricité à partir de la force mécanique du vent, et la sous-station de transformation électrique en mer, où convergent les câbles sous-marins qui transportent l’électricité vers la terre, ont été fabriquées à Saint-Nazaire, respectivement dans les usines de GE Renewable Energy et des Chantiers de l’Atlantique." Ce projet industriel hors-norme, d’un coût de 2 milliards d’euros, ouvre aujourd’hui "des opportunités de marché à l’export pour les entreprises françaises qui y ont contribué."

EDF vise les 60 gigawatts d’énergies renouvelables

Pour Bruno Bensasson, directeur exécutif du groupe EDF en charge des énergies renouvelables et président directeur général d’EDF Renouvelables, "cette installation de production d’électricité renouvelable n’aurait pu voir le jour sans une étroite coopération avec l’État et l’ensemble des acteurs du territoire, élus, associations environnementales, pêcheurs, acteurs économiques et riverains. Ce projet a contribué depuis dix ans à construire la filière de l’éolien en mer en France et a mobilisé des emplois en nombre très significatifs pendant le chantier et à présent pendant la phase d’exploitation. Ce premier parc éolien s’inscrit pleinement dans la stratégie du groupe EDF, qui souhaite doubler sa capacité nette d’énergies renouvelables dans le monde pour atteindre 60 gigawatts en 2030. Il contribue également à la stratégie nationale bas carbone du gouvernement, qui vise la neutralité carbone dès 2050 par la sobriété énergétique, le nucléaire et l’accélération des renouvelables."

Saint-Nazaire # Industrie # Production et distribution d'énergie # Maritime # Réseaux d'accompagnement # Innovation # Investissement # Ressources humaines