Maine-et-Loire
Le groupe industriel STIF lance son introduction en Bourse
Maine-et-Loire # Industrie # Stratégie

Le groupe industriel STIF lance son introduction en Bourse

S'abonner

Le groupe angevin STIF a lancé son introduction en Bourse ce jeudi 7 décembre sur le marché Euronext Growth Paris. Il souhaite renforcer son capital pour se développer sur le marché de la protection contre les explosions des BESS (systèmes de stockage d’énergie par batterie).

Présidée par Manuel Burgos et dirigée par son fil José, STIF entre en Bourse pour accélérer sur le marché de la protection contre les explosions des systèmes de stockage d’énergie par batterie — Photo : STIF

En avril 2023, le groupe industriel angevin STIF, basé à Saint-Georges-sur-Loire, annonçait son intention de renforcer son capital en entrant en Bourse. Le groupe, qui a réalisé 31,2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022 (17 % de croissance), a lancé son introduction ce jeudi 7 décembre sur le marché Euronext Growth Paris.

9 millions d’euros

Le groupe STIF, qui conçoit, fabrique et commercialise des composants pour le transport de vrac, majoritairement dans l’industrie agroalimentaire, de même que des équipements de protection de protection contre les risques d’explosion en milieu industriel, a développé en 2022 un produit innovant contre les explosions des BESS, les systèmes de stockage d’énergie par batterie.

Fort de son savoir-faire industriel, en particulier dans les équipements contre les risques d’explosion, le groupe, présidé par José Burgos et créé par son père Manuel Burgos, a innové pour répondre à une forte demande : dans ce domaine, on évalue en effet la prévision de croissance annuelle à de 23 % d’ici à 2030. "Notre nouvelle gamme de produits dédiée à la protection des systèmes de stockage des énergies par batteries nous permet en effet de bénéficier d’un gisement de croissance important pour les années à venir, assure José Burgos. Le nombre d’installations de BESS est appelé à croître de manière exponentielle dans les prochaines années, avec des capacités multipliées par 5 d’ici 2030." Pour faire face à cette demande à venir, le groupe angevin, qui dispose de trois unités de production, deux en France et une en Chine, a donc choisi d’ouvrir son capital. En avril 2023, il déclarait souhaiter en céder entre 15 et 20 %, pour une fourchette comprise entre 12 et 18 millions d’euros. Aujourd’hui, c’est finalement de 9 millions d’euros qu’il annonce vouloir augmenter son capital. À l’heure de l’introduction, avec une offre d’un montant de 6,50 euros par action, des engagements de souscription avaient déjà été reçus à hauteur de 4 millions d’euros.

25 % de croissance annuelle

Avec cette ouverture de capital, STIF a défini quatre axes stratégiques pour changer de dimension. Il entend ainsi devenir rapidement l’acteur de référence des équipements de protection contre les explosions des BESS, en étant référencé auprès de nombreux constructeurs internationaux. Renforcer l’empreinte commerciale du Groupe avec de nouvelles embauches et l’ouverture de nouveaux bureaux commerciaux aux États-Unis, au Moyen-Orient et en Corée du Sud est le deuxième axe. Il s’agira également de densifier l’outil de production avec notamment l’ouverture d’une nouvelle usine au Texas (États-Unis), l’augmentation de ses capacités en Chine et le réaménagement de l’outil industriel en France. Le dirigeant prévoit aussi de consolider son avance technologique grâce à une forte politique de R & D.

STIF, qui envisage une forte croissance, vise un chiffre d’affaires de 61 millions d’euros en 2025, soit une croissance moyenne annuelle de 25 %. En 2027, le groupe ambitionne d’atteindre 80 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec un EBITDA supérieur à 15 % du chiffre d’affaires. Pour cela, il compte aussi sur sa longue expérience à l’export, qui représente 75 % de son chiffre d’affaires. Il est en effet présent à l’international depuis quarante ans dans plus de 80 pays en Europe, en Amérique du Nord et en Asie.

S’ouvrir à d’autres marchés

Au printemps 2023, STIF prévoyait d'entrer sur le marché boursier Euronext Growth Paris durant l’été 2023. Jugeant la période estivale peu propice et offrant moins de visibilité, le groupe de 189 collaborateurs a préféré retarder cette introduction de quelques mois. Entre-temps, la société spécialiste de la tôlerie industrielle pour des marchés de niche s’est adjoint de nouvelles compétences, avec la reprise de NSI Plastique (700 000 € de CA, 7 collaborateurs), à Saint-Martin-du-Fouilloux, ajoutant à ses savoir-faire celui de l’injection. Cette nouvelle filiale, renommée STIF Plastique, va permettre au groupe de relocaliser une activité jusqu’alors sous-traitée au Portugal. STIF prévoit d’y investir l’an prochain et envisage de faire atteindre à STIF Plastique 1,5 million de chiffre d’affaires dès 2024 et d’ouvrir la filiale à d’autres marchés comme celui de l’industrie pharmaceutique.

Vers un statut d’ETI

À l’heure actuelle, les composants pour la manutention en vrac représentent 20,3 M€ dans le chiffre d’affaires du groupe, et les équipements de protection passive contre les explosions représentant 9,4 millions d’euros. Si cette activité a compté pour 30 % du chiffre d’affaires de son chiffre d’affaires en 2022, elle est en forte croissance, de 49 % par rapport à l’année 2021.

STIF a également intégré cet automne le dispositif national ETIncelles, qui vise à accompagner les PME à fort potentiel pour qu’elles deviennent des entreprises de taille intermédiaire (ETI), entre autres en leur facilitant les démarches administratives. Seules 100 PME françaises ont à ce jour intégré ce dispositif.

Maine-et-Loire # Industrie # Stratégie