Strasbourg
Green Phoenix part à la chasse aux biodéchets dans le Grand Est
Strasbourg # Services # Création d'entreprise

Green Phoenix part à la chasse aux biodéchets dans le Grand Est

S'abonner

S’inscrivant dans l’économie circulaire, le strasbourgeois Green Phoenix récolte les déchets organiques en vélo-cargo et les fait transformer en biogaz et en énergie par ses partenaires. D’autres villes du Grand Est devraient accueillir les services de l’entreprise en 2023.

William Gourdin-Servenière (à gauche) et Daniel Monjaraz-Perez (à droite), cofondateurs de Green Phoenix, dans l’entrepôt du marché gare, sur le vélo-cargo électrique développé avec le concepteur alsacien Kambikes — Photo : Isabelle Maradan

Le strasbourgeois Green Phoenix (cinq salariés) termine l’année 2022 en beauté. Les vélos-cargo électriques de la société spécialiste de la collecte de déchets organiques transportent dix tonnes de ces déchets chaque semaine. Depuis octobre 2022, la start-up gère tous ceux des grossistes du marché Gare, le marché d’intérêt national de Strasbourg. "Un gros contrat d’environ 100 000 euros sur trois ans", se réjouit William Gourdin-Servenière, PDG et cofondateur de la start-up née en octobre 2020 et incubée chez Semia à Strasbourg.

En décembre 2022, Green Phoenix a également été prestataire de la Ville de Strasbourg pour une expérimentation saisonnière : la collecte de biodéchets sur deux marchés de Noël de la ville. "En 2023, notre chiffre d’affaires tournera autour de 200 000 euros. C’est trois fois plus qu’en 2022", s’enflamme Daniel Monjaraz-Perez, un autre des cinq cofondateurs de la start-up. Green Phoenix compte décrocher prochainement "d’autres gros contrats" et développer son activité dans d’autres métropoles du Grand Est.

Du biodéchet au biogaz

"Aujourd’hui, 90 % des déchets alimentaires et végétaux ne sont pas triés et finissent à l’incinérateur, où ils sont brûlés, détaille Daniel Monjaraz-Perez. Notre objectif est qu’un maximum de ces déchets deviennent de nouvelles ressources, de l’énergie renouvelable - du biogaz - ou du compost, dans une logique d’économie circulaire", explique-t-il. Les biodéchets récoltés en vélo-cargo sont stockés dans des bennes de la société Lingenheld Environnement (CA : 195 M€ ; 570 salariés), au Marché Gare, à Strasbourg, où Green Phoenix a ses locaux. Ce méthaniseur et partenaire de la start-up récupère les dix tonnes hebdomadaires fournies par la jeune société et les transforme en biogaz. Autre partenaire de Green Phoenix, ES (Électricité de Strasbourg) boucle la boucle, en proposant ce biogaz 100 % alsacien à ses clients.

Un service sur-mesure pour se plier à la loi

À compter du 1er janvier 2023, la loi dite "antigaspillage" contraint tous les professionnels qui produisent plus de cinq tonnes de biodéchets par an - "soit un restaurant qui fait environ 100 couverts par jour", selon Daniel Monjaraz-Perez - à organiser leur tri. Green Phoenix propose un service sur-mesure sur abonnement : le ramassage régulier – quotidien, bihebdomadaire ou hebdomadaire – de bacs de 10 à 610 litres (environ 250 kg. Boulangeries, fleuristes, écoles, bureaux d’entreprises, crèches, Ehpad, supermarchés, épiceries, jardineries, comptent déjà parmi les clients de la société.

Outre les abonnements de ces clients et le gros contrat du Min, l’entreprise a pu compter jusqu’alors sur un peu plus de 100 000 euros pour constituer sa flotte de trois vélos-cargo, notamment grâce à un crowdfunding au lancement (12 000 euros), à un appel à projets pour développer un vélo-cargo électrique et à son succès dans une quinzaine de concours locaux, nationaux et internationaux. À partir du 1er janvier 2024, la loi "antigaspillage" prévoit la généralisation du tri à la source des biodéchets pour l’ensemble des acteurs professionnels, sans seuil minimum. Du grain à moudre pour Green Phoenix qui anticipe sa croissance en emménageant dans des locaux plus grands - de 250 à 400 m2 - toujours au Marché Gare.

Strasbourg # Services # Création d'entreprise # Innovation # RSE
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise GREEN PHOENIX