Grand Est
GRDF vise 25 % de gaz vert dans le réseau du Grand Est en 2030
Grand Est # Production et distribution d'énergie # Transition énergétique

GRDF vise 25 % de gaz vert dans le réseau du Grand Est en 2030

S'abonner

L’équipe basée dans le Grand Est du gestionnaire du réseau de distribution de gaz, GRDF, assure pouvoir dépasser l’objectif fixé pour l’ensemble du pays : atteindre dès 2030 un total de 20 % de gaz vert injecté et consommé.

La production des méthaniseurs permet de rendre crédible l’objectif d’une France autonome en gaz — Photo : Carbon Impact

Décarboner ne rime pas avec électrifier. C’est le message que voulait faire passer Brice Febvre, directeur régional Grand Est et Bourgogne Franche-Comté de GRDF (11 000 salariés, 3,8 Md€ de CA), en détaillant l’implication du gestionnaire du réseau de distribution de gaz dans le chantier de la décarbonation de la France. "Convertir tous les usages à l’électrique, ce n’est pas tenable. Si on considère les procédés industriels, 70 % ne peuvent pas être électrifiés", assure Brice Febvre, en rappelant l’attachement de son groupe au respect des Accords de Paris, qui visent à contenir le réchauffement planétaire sous les 2°C, et l’engagement français d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Un gaz vert issu de la méthanisation

Dans ce scénario, le directeur régional pour le Grand Est veut désormais ouvrir la voie : "Dans le Grand Est, nous sommes pionniers sur le gaz vert, issu de la méthanisation", se félicite Brice Febvre. Et quand GRDF veut, à l’échelle nationale, pouvoir compter sur 20 % de gaz vert dans son réseau en 2030, Brice Febvre assure que le Grand Est en comptera 25 %. "Nous conjuguons un tissu industriel fort avec des surfaces agricoles vastes, l’objectif est largement atteignable", estime Brice Febvre.

Brice Febvre est le nouveau directeur "Clients Territoires" de GRDF Est — Photo : GRDF

35 % de la consommation des Ardennes déjà couverte

Avec une capacité d’injecter 2,6 TWh de gaz renouvelable, issu pour l’essentiel de la méthanisation, le Grand Est peut déjà revendiquer une place de première région française productrice de gaz vert. Concrètement, "9 % de la consommation est déjà couverte par du biométhane", calcule Emmanuel Connesson, directeur adjoint clients et territoires pour l’Est chez GRDF, dont les équipes assurent la livraison d’environ 22 TWh de gaz chaque année. Dans le Grand Est, un département sort du lot : 35 % de la consommation des Ardennes est déjà couverte par du gaz vert.

Encore du potentiel pour développer la méthanisation

"En plus de la capacité installée actuellement, 1,7 TWh est déjà en construction pour être raccordé", assure Emmanuel Connesson. Au risque de créer des tensions avec l’utilisation des terres agricoles pour l’alimentation ? "C’est un sujet qui nous préoccupe, et c’est pour cela que nous avons fait appel aux services des Chambres d’agriculture du Grand Est pour comprendre la situation", souligne le directeur adjoint clients et territoires. "Il ressort des travaux menés que l’ensemble du parc de méthaniseurs installés consomme la production de 1 % des surfaces agricoles utiles de la région", précise-t-il.

Les méthaniseurs installés dans le Grand Est consomment la production de "1 % des surfaces agricoles utiles de la région", selon GRDF — Photo : Jean-François Michel

120 millions d’euros injectés dans le réseau

Autre donnée permettant de continuer à miser toujours plus sur la méthanisation : "Seuls 20 % des effluents agricoles produits par l’élevage sont actuellement valorisés", détaille Emmanuel Connesson.

Pour raccorder ces nouvelles unités de production de gaz vert, en assurer la maintenance et moderniser le réseau, GRDF investit chaque année près de 120 millions d’euros dans son réseau. Un montant qui ne devrait plus aller croissant : "L’essentiel de l’adaptation du réseau est derrière nous", assure Emmanuel Connesson.

Des tarifs de rachat qui se font attendre

Pour atteindre les objectifs, les investissements lourds seront réalisés par les producteurs. À condition que l’État donne clairement les règles du jeu : "Pour la technologie dite de pyrogazéification, les tarifs de rachat n’ont toujours pas été dévoilés", regrette Brice Febvre. Technologie visant à produire du méthane en réalisant la combustion de déchets solides sans oxygène, la pyrogazéification dans le Grand Est pourrait contribuer à hauteur de 1,3 TWh à l’objectif national de production de gaz vert dès 2030. Dans le Grand Est, le projet le plus avancé fait toujours l’objet d’études, en attendant que l’État rende sa copie et que le tarif de rachat du gaz produit permette d’asseoir le montage financier.

Grand Est # Production et distribution d'énergie # Transition énergétique # Investissement
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise GRDF