Go Sport : le tribunal de commerce de Grenoble rendra sa décision le 21 décembre
# Sport

Go Sport : le tribunal de commerce de Grenoble rendra sa décision le 21 décembre

S'abonner

Le tribunal de commerce de Grenoble, qui souhaitait vérifier que l’enseigne iséroise Go Sport, propriété du bordelais Hermione People & Brands, ne sera pas en cessation de paiements à brève échéance, devrait rendre sa décision ce mercredi 21 décembre.

Tribunal de commerce de Grenoble — Photo : Greffe du tribunal de commerce de Grenoble

La direction de l'enseigne d'article de sport et de loisirs Go Sport (2 160 salariés ; 300 M€ de CA) a été convoquée le 19 décembre devant le tribunal de commerce de Grenoble, qui souhaite vérifier que l’entreprise ne sera pas en cessation de paiements à court terme.

Contacté par nos soins, le tribunal de commerce a expliqué qu’il s’agissait d’une "procédure confidentielle" et qu’aucun compte rendu ne serait publié à l’issue de cette audience.

Rachetée en juillet 2021

Le groupe bordelais Hermione People & Brands (HPB), maison mère de Go Sport, a de son côté déclaré qu’elle ne communiquerait pas tant que la justice n’aurait pas rendu sa décision. Décision qui devrait être prise le 21 décembre, une fois que le tribunal aura récolté les documents manquants réclamés à HPB, selon les syndicats.

En perte de vitesse depuis plusieurs années, l’enseigne spécialisée dans la distribution d’articles de sport et fondée en 1978 à Sassenage, aux environs de Grenoble, avait été rachetée en juillet 2021 pour un euro symbolique par HPB, détenue par l’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon, auprès de Rallye, la maison mère lourdement endettée du groupe de distribution Casino.

Alertes des commissaires aux comptes et des syndicats

Or, fin novembre, les commissaires aux comptes de Go Sport, KPMG et EY ont envoyé un "rapport spécial d’alerte" faisant part d’une "dégradation de 10 % du chiffre d’affaires" de l’enseigne "constatée fin août par rapport au budget". Les auditeurs ont alors estimé que la situation d’exploitation de Go Sport semblait "compromise". Depuis, la maison mère a tenté de rassurer et déclaré début décembre que "Go Sport n’était pas en cessation de paiements".

Les syndicats dénoncent quant à eux une ponction de 26,5 millions d’euros dans la trésorerie de Go Sport, qui aurait dû servir pour financer une acquisition destinée à redresser la barre de l’enseigne, mais que HPB aurait utilisée pour payer les derniers salariés de Camaïeu, que détenait HPB. La marque nordiste placée en liquidation en judiciaire fin septembre a été reprise par Celio début décembre.

Inquiètes, les organisations syndicales de l’enseigne d'articles de sport ont également demandé la désignation d’un administrateur judiciaire dans le cadre d’une procédure de droit d’alerte économique, dont la décision devrait être rendue le 27 décembre.

Isère Bordeaux # Sport # Procédure collective